Paris Match Belgique

Les pailles en plastique pourraient disparaître de Bruxelles

Les pailles ne sont que la partie immergée de l'iceberg : à Bruxelles, une famille de 4 personnes jette, en moyenne, 760 kg de déchets résiduels par an. | © Les pailles en plastique sont l'un des déchets les plus ramassés sur les plages. Flickr

Environnement

La ministre bruxelloise de l'Environnement, Céline Frémault (CDH) se penche sur le problème des pailles en plastique, en partie responsable de la pollution des océans et de nos assiettes.

Chaque année, huit millions de tonnes de déchets plastiques sont déversées dans les océans. C’est l’équivalent de 2.666.666,67 millions de baleineaux bleus. Ces petits tubes fluo, conçus pour durer, libérent des substances chimiques en se dégradant. Ils sont responsables de l’empoisonnement et l’étouffement d’un grand nombre de baleines, dauphins, tortures, poissons et d’oiseaux qui les ingèrent sans le vouloir. Les pailles – qui mettent 500 ans à se décomposer – imbibent l’environnement et la chaîne alimentaire sous forme de particules microscopiques. In fine, elles atterrissent dans nos assiettes, avec le poisson. Autant commencer à s’habituer au goût du plastique : si nous ne réduisons pas notre consommation de pailles, il y aura bientôt plus de plastique que des poissons dans les océans.

Lire aussi > À Bali, ce plongeur nage dans un océan de déchets (VIDEO)

Dans le cadre de l'année Zéro Déchets, la ministre bruxelloise de l’Environnement, Céline Frémault (CDH), songe à réglementer l’usage des pailles en plastique. Une réflexion qui court depuis plusieurs semaines. "D'abord, dédier 2018 au Zéro Déchets, c'est mettre en lumière un mouvement en plein essor. Les initiatives grouillent de toutes parts : citoyens, associations, entreprises, pouvoirs publics. On a recensé 140 espaces dédiés au don et au prêt, 24 Repair Cafés en activité, 37 magasins spécialisés du vrac, 260 potagers collectifs… mais aussi les projets zéro déchets financés par l’appel à projets Inspirons le quartier ou les agendas 21", indique Céline Frémault. Rien n'est encore fixé dans le marbre mais la ministre espère toutefois lancer prochainement un projet-pilote avec une grande chaîne de restauration. Des exceptions seront introduites pour l'usage de pailles, notamment dans le secteur médical.

Lire aussi > Le destin tragique des tortues de mer, empoisonnées à mort

Les pailles en plastique sont l'un des déchets les plus ramassés sur les plages. (Photo d'illustration) © Flickr.

La Belgique, sixième consommateur de pailles en Europe

L'année dernière, les sacs en plastique ont déjà été interdits. Avec cette nouvelle mesure, la ministre souhaite accentuer encore la sensibilisation sur la surconsommation de plastique à usage unique. "Nous devons progressivement nous débarrasser de cette habitude du prendre-jeter, qui est contraire au principe d’économie circulaire que nous visons dans notre Programme Régional en Économie Circulaire (la déclaration de politique régionale prévoit de remplacer le modèle économique linéaire actuel - extraire des ressources, produire, consommer, jeter - en un système économique circulaire - récupérer, produire, consommer, réemployer -, NdlR). D’autant que des alternatives existent. Par exemple : des pailles en inox, en verre, en bambou, en silicone...". 

D'après son cabinet, le secteur horeca belge jette 1,62 milliard de pailles chaque année. Autre chiffre interpellant : sur 23 pays européens, la Belgique est le sixième plus gros consommateur de pailles jetables. Devant elle : la Grande-Bretagne (8,8 milliards/an), l'Espagne (5,5 milliards/an), l’Allemagne (4,8 milliards/an), la France (3,2 milliards/an) et l’Italie (2 milliards/an). "Les pailles ne constituent certainement pas tout le problème mais elles font partie de la partie immergé de l’iceberg. Et quand il s’agit de préserver nos mers, nos océans, de cette pollution insidieuse et catastrophique, chaque geste compte, j’en suis convaincue", conclut-elle.

Lire aussi > La guerre contre les pailles est déclarée

Le Costa Rica, l’Écosse et les villes américaines de Seattle, Davis, San Luis Obispo, Miami Beach, Fort Myers et Malibu ont déjà voté pour une interdiction des pailles en plastique à l’horizon 2018-2021. Au Royaume-Uni, sous la pression d’une forte mobilisation, le secrétaire d’État britannique à l’Environnement prévoit de bannir les pailles en plastique des bars, magasins et supermarchés. En France, le mouvement Bas les pailles a lancé une pétition sur change.org pour tenter d’intégrer les pailles en plastique à la loi prévue pour 2020 interdisant toute vente et distribution de gobelets, verres, assiettes et autres cotons-tiges en plastique.

CIM Internet