Paris Match Belgique

Aider la NASA est possible, en photographiant les nuages

Jusqu'au 15 avril, les habitants peuvent prendre jusqu'à 10 photos de nuages par jour. | © Pexels

Environnement

L’agence spatiale américaine propose aux citoyens du monde de photographier les nuages avec leur smartphone afin d’aider les scientifiques à mieux identifier les types de nuages qui se trouvent dans les différentes régions.

 

Devenir un scientifique citoyen est désormais possible grâce à l’application Globe Observer développée par la NASA qui permet d’observer le ciel et répertorier les nuages. Cet outil sert à relever la nature des nuages et les conditions du ciel pendant la journée. Jusqu’au 15 avril, les habitants pourront prendre jusqu’à dix photos de nuages par jour et les envoyer à la NASA. Elles permettront alors d’étoffer la base de données des scientifiques de l’agence spatiale.

Lire aussi > Inspiré par la NASA, l’« élevage rapide » pourrait être l’avenir de la nutrition

« Le programme GLOBE propose ce défi pour montrer aux gens à quel point il est important pour la NASA d’avoir des observations de scientifiques citoyens », a déclaré Marilé Colón Robles, responsable de l’équipe GLOBE Clouds, dans un communiqué de la NASA « Nous allons passer de l’hiver au printemps, donc les types d’orages vont changer, ce qui va également changer les types de nuages ».

Globe Observer / The Globe Program (NASA)

Lever le nez en l’air

Pour participer, inutile d’être un professionnel des nuages. Il suffit de lever le nez en l’air ! Dans un premier temps, il faut indiquer la date, l’heure ainsi que les coordonnées géographiques de l’endroit où l’on se trouve : nous sommes le 19 mars 2018, il est 12h13 et nous nous trouvons en latitude 50.8371098 et en longitude 4.3997543.

Lire aussi > La NASA accueille Luciana, la poupée astronaute qui veut promouvoir les sciences chez les filles

L’application nous fais alors trois propositions : soit il n’y a pas de nuages, soit il y en a un peu, soit il y en a beaucoup et le ciel est donc obscurci. Aujourd’hui, à Bruxelles, nous estimons qu’il y en a un peu. Globe Observer nous demande ensuite de sélectionner le pourcentage de nuages présents dans le ciel.

Globe Observer / The Globe Program (NASA)

Résultats à travers le globe

S’ensuivent diverses questions plus précises, comme les types de nuages et les trainées laissées par les avions, l’opacité visuelle, les conditions du ciel en surface (basse altitude), etc. Prendre des photos du ciel est alors la dernière étape à suivre avant de valider nos données et de les envoyer à la NASA. Globe Observer permet par ailleurs à son utilisateur de vérifier ses informations ainsi que celle inscrites par d’autres personnes. On retrouve ici les informations données par un citoyen scientifique de Rotterdam, aux Pays-Bas

Globe Observer / The Globe Program (NASA)

Ces observations citoyennes sont aujourd’hui nécessaires puisque les scientifiques de la NASA commencent à vérifier les données d’un nouvel instrument CERES FM6, qui analyse les nuages. Il a été lancé en orbite le 18 novembre 2017 et a commencé à prendre des mesures le 5 janvier.

CIM Internet