Paris Match Belgique

Quand la problématique migratoire s'étend à l'environnement

Les arbres ont été abattus alors même que la saison d'élagage est terminée | © Facebook @ Stop met het kappen van bomen langs de snel-wegen

Environnement

Alors que la saison de reproduction bat son plein pour les oiseaux, le service flamand Wegen & Verkeer a été surpris par des automobilistes en train d'abattre des arbres le long de l'E313. Justification : ordre de la police et du ministère de l'Intérieur pour lutter contre l'insécurité sur les aires d'autoroute. 

En décembre 2017, Theo Francken se prêtait sans langue de bois au jeu des questions-réponses. L'occasion d'apprendre que certains parcours de migrants l'empêchent de dormir la nuit. Mais aussi de découvrir que ces derniers représentent selon le Secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration un véritable problème sur les aires autoroutières. Ainsi, "ces gens abusent du système, et ce sont les mêmes qui commettent des délits sur les parkings de l’E40 pour essayer de monter dans les camions. La population compatit avec les pauvres gens du parc Maximilien et condamne les criminels dans les parkings, mais ce sont les mêmes personnes". Et l'actualité de lui donner raison : quelques semaines seulement après notre entretien, dans la nuit du 18 au 19 janvier 2018, une quarantaine de migrants s'en prennent à une patrouille de la police fédérale sur un parking situé le long de l'autoroute E40 à Grand-Bigard. Une simple action de contrôle qui dégénère, et donne lieu à une surveillance accrue des aires autoroutières, patrouilles policières à l'appui.

Lire aussi > Aide aux migrants : jusqu'où peut-on aller en tant que citoyen ?

Pas question en effet pour les camions d'être pris d'assaut par des migrants en planque désireux de gagner l'Angleterre à tout prix, quitte à faire le trajet dans des conditions furtives et extrêmement dangereuses. La police guette, et la traque finit parfois mal : le 31 janvier 2018, un migrant cherchant à fuir la police est percuté mortellement par un véhicule en traversant les voies d'autoroute à hauteur de Jabbeke. Et puisqu'il semble que la problématique migratoire soit décidément complexe à guérir, alors autant prévenir : notamment, en coupant les arbres présents sur les aires d'autoroute, afin qu'ils ne puissent plus faire office de cachettes à d'éventuels migrants en transit en Belgique.

Des nids élagués en même temps que les arbres

Un temps envisagée, la mesure de fermeture des parkings d'autoroute durant la nuit est jugée trop dangereuse pour la sécurité routière, les camions se garant alors sur la bande des pneus crevés, accident mortel à la clé. La solution, pour que les camionneurs puissent passer la nuit en toute quiétude : renforcer l'éclairage des aires d'autoroute, élaguer les arbres et éclaircir les arbustes pour que les migrants ne puissent plus se cacher dans les fourrées. Une mesure plébiscitée tant en Flandre qu'en Wallonie. Sauf que la saison d'élagage des arbres ne s'étend en théorie que jusque fin mars, et que selon toute vraisemblance, les employés de la division Wegen & Verkeer l'ont oublié cette semaine.

Il n'en fallait pas plus pour que des automobilistes soucieux de l'environnement lancent une page Facebook invitant les autorités à arrêter immédiatement l'élagage des arbres en bord d'autoroute. Une page déjà likée plus de 3 000 fois, et qui a pris le service de voirie flamand à parti ce mardi après que des travaux d'élagage aient été aperçus sur l'E313 à hauteur de Ranst. La réponse du Wegen & Verkeer : l'abattage des arbres a été exigé par les autorités afin d'empêcher les migrants de s'y cacher. Une réponse que confirme Veva Daniels, porte-parole de Wegen & Verkeer. Ainsi qu'elle l'explique, "pour la sécurité des gens sur les parkings d'autoroute en Flandre, il a été décidé en partenariat avec la police, les gouverneurs et le Ministère de l'Intérieur d'abattre les arbres afin que des migrants ne puissent pas s'y cacher".

L'élagage devait être terminé pour fin mars au plus tard, mais suite à une erreur de planning, des arbres ont été coupés en bordure d'E313 malgré la saison de la reproduction. Nous avons pris des mesures pour que ce type d'erreur ne puisse plus se reproduire.
Wegen & Verkeer

Quant à savoir si la mesure est vraiment nécessaire, la porte-parole ne se prononce pas, rappelant que le service exécute simplement les ordres de la police et du gouvernement. Les opposants à l'élagage, eux, ne pratiquent pas la langue de bois, soulignant non sans ironie que c'est d'un parking d'autoroute en direction de Liège, et non aux portes de Calais qu'il s'agit. En attendant, ce sont les oiseaux qui sont contraints de migrer, les arbres contenant leurs nids ayant été abattus.

CIM Internet