#CleanSeas : une campagne mondiale pour diminuer le plastique dans les océans

#CleanSeas : une campagne mondiale pour diminuer le plastique dans les océans

Les plages touristiques de Bali sont submergées de plastiques. Plusieurs tonnes de déchets sont déversés chaque jours dans les décharges publiques mais seule la moitié d'entre eux sont recyclés. | © Flickr : killerturnip

Environnement & Animaux

La campagne du programme des Nations Unies pour l’environnement (UNEP) #CleanSeas, à laquelle adhère la Belgique, est lancée ce jeudi 23 février au Sommet mondial sur les océans à Bali.

L’objectif de ce mouvement mondial est de sensibiliser les gouvernements, l’industrie et les consommateurs à éliminer les principales sources de déchets marins : les micro-plastiques dans les cosmétiques et l’utilisation excessive du plastique à usage unique d’ici 2022. Ces pratiques polluent les océans, endommagent la vie marine et menacent la santé humaine, avertit l’UNEP.

Lire aussi : Brian Skerry : le photographe de National Geographic alerte sur la situation critique des océans

 

Lire aussi : En Thaïlande, un kilomètre de détritus flotte sur la mer

Le plastique, ennemi n°1 de la campagne

Chaque année, plus de huit millions de tonnes de plastique atterrissent dans les océans, causant des ravages sur la faune et la flore marines, la pèche et le tourisme, et coûtent au moins huit milliards de dollars de dommages aux écosystèmes marins. Les déchets marins sont composés à 80% de plastique et, à ce rythme-là, à force d’utiliser des bouteilles ou sacs plastiques à usage unique, les océans transporteront plus de plastique que de poissons en 2050 et 99% des oiseaux marins auront ingéré du plastique.

Au moins huit millions de tonnes de plastique se déversent dans l’océan chaque année. C’est comme vider l’entièreté d’un camion poubelle dans l’océan toutes les minutes.

Neuf pays ont déjà adhéré à la campagne: la Belgique, la France, le Costa Rica, l’Indonésie, la Norvège, le Panama, la Sierra Leone, la Grenade et l’Uruguay.

Lire aussi : Consommation de viande : des effets sur le climat à nuancer

L’actrice et mannequin indonésienne Nadya Hutagalung a par exemple appelé les industriels à bannir les microbilles en plastique de leurs produits cosmétiques, comme le dentifrice ou les crèmes gommantes. L’entreprise informatique Dell a pour sa part annoncé qu’elle réutiliserait le plastique récolté dans les océans pour ses futurs packagings.

 

D’importantes annonces sont attendues lors de la Conférence mondiale sur l’Océan au Siège de l’ONU à New York du 5 au 9 juin, ainsi qu’en décembre à l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement à Nairobi, au Kenya.

(Avec Belga)

CIM Internet