Paris Match Belgique

En Wallonie, l’interdiction de gavage des oies fait débat

gavage

Image d'illustration. | © BELGA

Environnement

La Flandre va interdire le gavage des oies sur son territoire. En Wallonie, c’est le prochain combat du ministre du Bien-être animal, Carlo Di Antonio. Mais certains voient cette interdiction d’un mauvais oeil. 

La fin du gavage des oies sera le prochain combat d’ici à la fin de la législature en 2019 de ministre wallon du Bien-être animal, Carlo Di Antonio (CDH), selon les informations publiées mardi dans La Dernière Heure. La Flandre va interdire le gavage des oies sur son territoire mais ce n’est pas encore le cas en Wallonie, or 9 des 10 producteurs de foie gras belges y sont actifs.

Lire aussi > Et si la Belgique interdisait le gavage des animaux ? La Région bruxelloise montre la voie

« Le ministre est favorable à l’interdiction du gavage des oies et des canards« , tranche la porte-parole de Carlo Di Antonio. « Ce sera le prochain combat d’ici à la fin de la législature. L’un des problèmes vient de la nomenclature européenne, que le ministre n’a malheureusement pas réussi à faire évoluer ».

Exception wallonne

Le règlement européen donne l’appellation foie gras à un foie d’au moins 300 grammes. Un poids qu’on ne pourrait obtenir que par un gavage forcé. « Aujourd’hui, le code précise qu’il est interdit de nourrir de force un animal« , explique-t-on du côté du cabinet Di Antonio. « Mais les exploitations wallonnes de foie gras bénéficient d’une exception pour exercer« .

Lire aussi > Gaia et Jean-Claude Van Damme, ensemble pour défendre la cause animale

Le ministre-Président wallon, Willy Borsus, et René Collin (CDH), ministre de l’Agriculture, voient d’un mauvais œil cette interdiction du gavage qui signerait de facto la mort d’une série d’entreprises wallonnes. « Le gouvernement wallon n’est pas favorable à ce stade à un changement de législation sur le gavage« , confirme le cabinet Borsus. « L’engraissement par gavage ne génère pas de souffrance, comme l’ont démontré des études scientifiques« , ajoute le cabinet de René Collin. « Les producteurs wallons sont exemplaires« .

Avec Belga

CIM Internet