Paris Match Belgique

Le nouveau coup de gueule de Laury Thilleman contre la pollution des océans

laury thilleman

C'est loin d'être la première fois que Laury Thilleman s'engage pour l'environnement. | © Capture d'écran Instagram / Laury Thilleman

Environnement

En vacances sur l’île de Porquerolles, l’ancienne Miss France n’a pas pu cacher sa colère et sa déception devant tant de déchets dans la mer et sur les plages.

« 10 ans que je viens sur cette île et je n’ai jamais été aussi dévastée de voir autant de déchets flotter le long des côtes », écrit Laury Thilleman sur son compte Instagram. L’ancienne Miss France n’a pas supporté de voir les nombreux déchets plastiques qui polluent l’île de Porquerolles, et l’a fait savoir. « Sans parler des sacs plastiques sous-marins se confondant sérieusement aux méduses », s’indigne-t-elle avant d’alerter sur les dangers que représente la pollution des mers, tant pour la faune que pour l’homme.

Lire aussi > Le sac en plastique, le défi du siècle

« Les premières victimes de cette soupe de plastique sont les poissons, les oiseaux, tortues, dauphins, baleine… », énumère-t-elle avant de rappeler l’histoire d’un cachalot retrouvé mort sur une plage espagnole avec 29 kilos de plastique dans le ventre. « Mais n’oublions pas que tout ce plastique finit aussi dans nos assiettes : un consommateur européen moyen de fruits de mer ingurgite jusqu’à 11 000 fragments de plastique présents dans les fruits de mer chaque année ».

« Agir ensemble »

Très sensible à l’écologie, Laury Thilleman invite tout le monde à « agir ensemble« , en dressant une liste de petites astuces quotidiennes afin de limiter sa production de déchets. « Préférez les sacs réutilisables à ceux en plastiques, les gourdes en inox aux bouteilles (pour rappel, les bouteilles en plastique sont recyclables, mais contiennent des toxiques), dirigez vous vers le vrac, investissez dans des bocaux, ou réutilisez vos pots de confiture, compotes etc… », explique-t-elle avant d’ajouter : « Je suis sûre que vous avez déjà trouvé un tas d’astuces pour soulager notre planète et nos océans de cette catastrophe que notre espèce et nos industries ont crées de toute pièce ! » 

10 que je viens sur cette île et je n’ai jamais été aussi dévastée de voir autant de déchets flottés le long des côtes. Sans parler des sacs plastiques sous-marins se confondant sérieusement aux méduses. Les premières victimes de cette soupe de plastique sont les poissons, les oiseaux, tortues, dauphins, baleine et plus récemment un cachalot : retrouvé mort sur une plage espagnole. La cause ? 29 kilos de plastique dans le ventre ayant obstrué son système digestif. Mais n’oublions pas que tout ce plastique finit aussi dans nos assiettes : un consommateur européen moyen de fruits de mer ingurgite jusqu’à 11 000 fragments de plastique présents dans les fruits de mer chaque année. Il est urgent d’agir ensemble : documentez vous, sensibilisez votre entourage à ce fléau, participez aux petitions qui peuvent faire avancer les choses au niveau européen… Apportez votre petite pierre à l’édifice avec des solutions faciles à appliquer au quotidien : -préférez les sacs réutilisables à ceux en plastiques, les gourdes en inox aux bouteilles (pour rappel, les bouteilles en plastique sont recyclables, mais contiennent des toxiques), dirigez vous vers le vrac, investissez dans des bocaux, ou réutilisez vos pots de confiture, compotes etc… La liste est longue et je suis sûre que vous avez déjà trouvé un tas d’astuces pour soulager notre planète et nos océans de cette catastrophe que notre espèce et nos industries ont crées de toute pièce ! #trashinvasion #PLASTIC #resetyourbottle #eucommission #takeaction

A post shared by Laury Thilleman (@laurythilleman) on

Lire aussi > La crème solaire respectueuse des océans existe-t-elle vraiment ?

Suite aux nombreux retours positifs à propos de son post Instagram, la mordue de surf affirme être davantage « motivée à vous faire part de mes convictions et de ce combat que je mène depuis l’adolescence« . L’an dernier, elle était fière de poser à côté d’une planche en liège conçue spécialement pour respecter la nature. Aujourd’hui, elle se demande « à quand les masques et les palmes recyclés ? » Elle ne s’arrête plus.

CIM Internet