Paris Match Belgique

La Thaïlande interdit l’importation de déchets pour ne pas devenir la « poubelle du monde »

déchets

Image d'illustration. | © AFP PHOTO / Santirta Martendano

Environnement

Face aux montagnes de détritus qui s’accumulent à travers le pays, la Thaïlande a récemment décidé de fermer ses portes aux déchets électroniques et plastiques.

Le gouvernement thaïlandais va interdire l’importation des déchets électroniques et plastiques après avoir découvert d’énormes tas de déchets à divers endroits du pays, au risque de voir ce dernier se transformer en « poubelle du monde », informent les médias thaïlandais jeudi. « Nous devons donner la priorité à un environnement propre et à la santé de nos citoyens, avant le développement industriel », a déclaré le ministre thaïlandais des ressources et de l’environnement, Surasak Kanchanarat, dans le quotidien local Nation.

Sa remarque fait suite à des informations relayées en mai par les médias, au sujet de déchets électroniques – dont certains contiennent des éléments dangereux comme du plomb ou du cadmium – en provenance de l’étranger, dont les États-Unis, Hong Kong, l’UE, Singapour ou le Japon.

Lire aussi > En Thaïlande, un kilomètre de détritus flotte sur la mer

« E-waste »

Beaucoup de ces « e-waste » ont été importés illégalement car les entreprises thaïlandaises y voient un marché juteux après l’arrêt des importations chinoises. La Chine était l’un des premiers importateurs de déchets au monde mais refuse depuis l’an dernier de récupérer 24 types de rebuts étrangers.

Lire aussi > L’Everest, la poubelle la plus haute du monde

Près de 411 sortes d’e-waste vont être interdites en Thaïlande, sans calendrier spécifique. Une nouvelle législation doit en effet encore être adoptée. Quant aux déchets plastiques, ils vont être interdits dans les deux prochaines années, a détaillé M. Surasak. « Nous devons nous assurer que les déchets domestiques et plastiques sont d’abord utilisés dans nos industries de recyclage, avant d’importer ces matériaux d’autres pays », a-t-il conclu.

La Thaïlande est l’un des premiers contributeurs à la pollution océanique, dont la moitié sous forme de plastique, selon l’ONG de défense de l’environnement Greenpeace.

Avec Belga

Mots-clés:
thailande déchets
CIM Internet