Paris Match Belgique

Dans la jungle amazonienne, un drone filme des images inédites d’une tribu isolée

Plus de 800 000 indigènes appartenant à 305 ethnies et parlant 274 langues différentes vivent au Brésil.

Environnement

Une vidéo montrant une tribu isolée encore jamais filmée a été diffusée par la Fondation nationale indienne, agence gouvernementale chargée de protéger les intérêts et les cultures des indigènes au Brésil.

Quelques personnes se promenant dans une clairière au milieu de l’abondante végétation amazonienne : ces images inédites, enregistrées par un drone près de la frontière entre le Brésil et le Pérou, dévoilent l’existence d’une tribu isolée découverte par la Fondation nationale indienne (Funai), l’agence gouvernementale brésilienne chargée de protéger les intérêts et les cultures des indigènes.

La vidéo – tournée en 2017 mais rendue publique cette semaine – fait partie des images récoltées par la Funai lors de plusieurs expéditions dans la Vallée du Javari, une zone très difficile d’accès dans le sud-est de l’Amazonas, état brésilien (sud-est) où ont été recueillies la majorité des preuves d’existence de peuples isolés dans le pays.

La Funai, qui a déjà contacté huit de ces peuples, possèdent des preuves de l’existence de 11 autres tribus — non-contactées — vivant dans la région, grâce à la découverte d’indices tels qu’une énorme hutte, des haches artisanales, un clairon réalisé avec de l’écorce ou des canoës creusés dans des troncs de palmiers.

Pour atteindre le lieu de la découverte, l’expédition composée de membres de l’agence – entité liée au gouvernement brésilien – et de policiers, a dû parcourir 180 kilomètres de fleuves et chemins de terre, puis 120 de plus dans la jungle, a expliqué la Funai dans un communiqué.

Les braconniers et industries, ennemis des indigènes

L’expédition, qui vise à la « protection des indigènes isolés » en s’appuyant sur l’aide de membres du peuple Kanamari, grands connaisseurs de la région, a par ailleurs rencontré sur son chemin deux équipes de braconniers, et les a obligées à libérer les animaux capturés vivants.

« La vigilance et le contrôle doivent s’intensifier dans la région pour empêcher l’action de délinquants et garantir la possession entière du territoire par les indigènes », a affirmé Vitor Góis, le coordinateur du projet.  Selon la Funai, il existe 107 signalements de présence de groupes indigènes isolés au Brésil, chiffre qui varie selon les rapports.

Lire aussi > Pérou : l’Amazonie grignotée de 120 000 hectares chaque année

L’organisation avait déjà dévoilé le mois dernier les images d’un homme considéré comme le seul survivant d’une tribu décimée d’Amazonie brésilienne, comme relevé par ParisMatch.com . L’ individu, vivant sur la terre indigène du Tanaru, dans l’état de Rondonia (à la frontière brasilo-bolivienne), est supposé avoir arpenté la forêt pendant 22 ans, après que son peuple ait succombé aux invasions de propriétaires fonciers et d’exploitants de bois. Cette vidéo a été enregistrée en 2011 et n’avait pas été diffusée jusqu’alors, mais selon des preuves retrouvées cette année, cet homme est toujours en vie.

Sa situation, comme celle de tous les peuples isolés, préoccupe les spécialistes qui dénoncent les attaques et les pressions du secteur agroalimentaire et du minerai pour s’approprier des terres ancestrales. Plus de 800 000 indigènes appartenant à 305 ethnies et parlant 274 langues différentes vivent au Brésil, pays de plus 208 millions d’habitants, selon les chiffres officiels.

Avec Belga

CIM Internet