Paris Match Belgique

Viande de brousse : Le trafic illégal qui explose… via la Belgique

u

Chaque année, entre 40 et 120 tonnes de viande d'animaux sauvages transitent par l’aéroport de Zaventem. | © Pexels

Environnement

L’organisation WWF demande au gouvernement belge et aux compagnies aériennes de lutter activement contre ce trafic illégal de viande de brousse qui pénètre massivement en Europe par l’aéroport de Zaventem. 

Du singe, du crocodile, de l’antilope… La viande d’animaux sauvages, appelée par les Africains « viande de brousse », fait encore partie intégrante de l’alimentation d’une grande partie de la population africaine. Mais sa consommation a désormais largement dépassé les limites de ces communautés locales, lance le WWF dans un communiqué publié ce mercredi. En Belgique, la viande de brousse est bien présente et c’est par notre aéroport de Zaventem qu’elle pénétrerait ensuite dans toute l’Europe, selon les informations de la RTBF qui a diffusé un reportage exclusif lors de l’émission « On n’est pas des pigeons ».

« Bien que le commerce de viande soit soumis à des normes sanitaires strictes et que les espèces sauvages soient protégées par la loi, de grandes quantités de viande de brousse entrent illégalement en Europe chaque semaine, en provenance d’Afrique », déclare Sofie Ruysschaert, chargée de politiques Vie sauvage au WWF-Belgique avant d’ajouter : « Notre pays doit prendre ses responsabilités en renforçant les contrôles douaniers et en sensibilisant les consommateurs. Ces mesures aideraient à lutter efficacement contre le commerce des animaux sauvages, et contribuer ainsi à leur protection dans leur pays d’origine ».

Lire aussi > [Témoignage] Un ex-garde chasse dénonce « les chasses d’affaires »

Trois millions de tonnes par an

Alors que la population d’animaux sauvages ne cesse de reculer partout dans le monde, en raison de la destruction de leur habitat et de la chasse non durable, le trafic illégal de viande de brousse est en train d’exploser à l’échelle mondiale. Selon le WWF, ce sont plus de trois millions de tonnes de viande de brousse qui sont ainsi prélevées chaque année dans le bassin du Congo. Cela équivaut environ à la moitié de la production annuelle de viande bovine dans les pays de l’Union européenne.

viande de brousse
© WWF

Lors d’une opération internationale menée par Interpol en mai dernier contre le trafic de plantes et d’animaux sauvages, 43 tonnes de viande de brousse a été saisie sur une période de quatre semaines, devenant ainsi la marchandise la plus confisquée. Par ailleurs, des chercheurs ont estimé que 273 tonnes de viande de brousse étaient importées à Paris chaque année (soit environ cinq tonnes par semaine) via l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle. En Belgique, la quantité de viande qui transite par l’aéroport de Bruxelles s’éleverait à entre 40 et 120 tonnes par an.

Lire aussi > Ces animaux massivement tués pour nourrir les croyances et superstitions

Pression sur les autorités belges

Mais comment arrêter ce trafic ? Par des contrôles plus efficaces et des verbalisations dans les aéroports et les commerces, ainsi qu’en sensibilisant le consommateur, propose WWF dans son communiqué. À l’aéroport de Zaventem, les contrôles sont loin d’être systématiques : « pour un passager contrôlé, 200 passent sans être inquiétés », révèle l’enquête de la RTBF.  « Il faut dire que les avions en provenance d’Afrique atterrissent très tôt le matin à l’aéroport national de Zaventem : entre 4h et 6h du matin. À cette heure, les douaniers ne sont pas très nombreux ». Mieux encore. « Lorsque les douaniers contrôlent les bagages et trouvent de la viande, ils doivent la faire analyser pour prouver qu’il s’agit de viande de brousse, ce qu’ils font rarement parce que c’est cher ».

Du côté du WWF, on tire la sonnette d’alarme : la chasse et le commerce de viande constituent désormais la principale menace pour 85 % des primates et des ongulés vulnérables. Avec ce trafic illégal, c’est aussi toute la biodiversité qui est menacée dans les régions d’origine, avec le développement du syndrome des « forêts vides », comme l’appelle l’organisation, conséquence de la disparition d’espèces clés dans les écosystèmes. Ce phénomène n’est pas non plus sans danger pour l’homme. La viande de brousse est aussi un vecteur de maladies très graves. Le WWF demande à la Belgique de montrer l’exemple en prenant ses responsabilités pour la protection des espèces sauvages.

CIM Internet