Paris Match Belgique

Pourquoi cet iceberg découvert par la NASA est-il rectangulaire ?

nasa iceberg rectangulaire

Image capturée par la NASA le 16 octobre. | © NASA.

Environnement

L’agence américaine a fait une découverte surprenante en survolant la région de la barrière de Larsen, dans l’Antarctique : un iceberg de plusieurs kilomètres de forme parfaitement rectangulaire.

Non, cette photo n’est pas truquée, même si l’iceberg donne l’impression d’avoir été taillé au laser par des extraterrestres. Le cliché pris par la NASA et diffusé il y a quelques jours sur Twitter a sucité bien des interrogations, et sa formation s’est faite … naturellement.

Dans son tweet, la NASA fournit d’ailleurs les explications sur ce phénomène. L’iceberg a été observé par l’agence américaine dans le cadre de l’opération IceBridge, une étude qui suit l’évolution des glaciers. Ce type d’icebergs, qui se différencie de ceux en forme de prismes ou de triangles, présente la particularité de former des blocs de glaces « larges, plats et longs comme des tartes », explique Kelly Brunt, scientifique à la NASA et à l’Université du Maryland, à Live Science.

Tel un ongle trop long qui se fissure

« Les icebergs tabulaires se forment par un processus qui ressemble un peu à celui d’un ongle qui devient trop long et se fissure à la fin », raconte Kelly Brunt. « En conséquence, ils sont souvent rectangulaires et géométriques », ajoute-t-elle. Celui-ci, indique la NASA, s’est probablement séparé récemment de la banquise. L’agence américaine déduit cela de sa forme très plate, et de ses angles nets. En effet, une fois l’iceberg détaché, le vent et les vagues altèrent ses bords petit à petit. Observer un iceberg avec une forme aussi précise demeure rare, selon la chercheuse. Et celui-ci pourrait mesurer plus d’un kilomètre et demi de long.

Lire aussi > La Nasa va envoyer un laser géant dans l’espace

Comme pour tous les icebergs, la partie visible ne constitue que 10% du volume total du bloc de glace. Sous la surface, la forme de l’iceberg tabulaire est souvent aussi régulière, indique Kelly Brunt. Toutefois, malgré la taille de celui-ci, la chercheuse « ne conseillerait pas de se promener dessus ». L’iceberg étant plus grand que profond, il pourrait craquer à tout moment.

CIM Internet