Paris Match Belgique

Les populations de baleines et gorilles des montagnes en hausse

gorille

Image d'illustration. | © Rob Schreckhise / Unsplash

Environnement

Les populations de gorilles des montagnes, de rorquals communs et de baleines grises ont augmenté grâce à la lutte contre la chasse et le braconnage.

Enfin une bonne nouvelle pour la biodiversité : l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)  vient d’annoncer que la situation des baleines et des gorilles des montagnes, autrefois en grave danger, s’est améliorée grâce à la lutte contre la chasse et le braconnage. « Cette nouvelle illustre la portée des actions de conservation, à travers les améliorations de statut constatées pour le rorqual commun et le gorille des montagnes », selon Inger Andersen, la Directrice générale de l’UICN.

Lire aussi > À la chasse, le Japon n’a pas de pitié pour les mamans baleines

Autrefois situé dans la catégorie « en Danger », le rorqual commun est désormais considéré comme « vulnérable », la population mondiale de l’espèce ayant presque doublé depuis les années 1970. Cette augmentation fait suite aux interdictions internationales de chasse commerciale. Le statut des baleines grises, chassées depuis des siècles pour leur graisse et leur viande, s’est également amélioré.

Le plus grand nombre de gorilles jamais enregistré

Même espoir pour le gorille des montagnes, dont le statut de conservation s’est amélioré de « en danger critique » à « en danger ». Là aussi, des mesures de conservation, comme des patrouilles anti-braconnage et des interventions pour éliminer des pièges, ont contribué à la croissance des populations de gorilles des montagnes.

Lire aussi > Jane Goodall veille sur la planète des singes

Estimés à environ 680 individus en 2008, ils ont dépassé les 1 000 individus en 2018, chiffre le plus élevé jamais enregistré. Une belle preuve que des efforts ambitieux peuvent inverser la tendance de la perte d’espèces.

baleine rorqual
Thomas Kelley / Unsplash

Menaces toujours présentes

Mais des menaces persistent toujours. La surpêche provoque un déclin des espèces de poissons dans certaines parties du monde, et l’épuisement des stocks de poissons reste une préoccupation sérieuse.

Lire aussi > Plus de la moitié des océans exploitée par la pêche industrielle

La surexploitation menace également le bois de Vène, arbre africain de couleur rose-brun foncé, qui a fait son entrée cette année dans cette liste rouge dans la catégorie « en danger ». Le commerce du bois de Vène, un type de bois de rose africain, a été multiplié par 15 pour répondre à une demande en plein essor pour la fabrication de meubles et de revêtements de sol.

Mots-clés:
biodiversité
CIM Internet