Paris Match Belgique

Incendies en Californie : Trump maintient ses positions sur le changement climatique

Donald Trump

Trump : "Il nous faudra une gestion différente, je dis cela depuis longtemps" | © Photo by SAUL LOEB / AFP

Environnement

Sur les lieux ravagés par le « Camp Fire », en Californie, qui a déjà tué plus de 70 personnes, Donald Trump a déploré un « très triste » spectacle. Et a maintenu ses positions climatosceptiques.

 

Le bilan des incendies en Californie continue d’empirer. Dans le sud de l’État, le « Woolsey Fire » a brûlé près de 40 000 hectares et tué 3 personnes. Au Nord, la fureur sans précédents du « Camp Fire » a déjà fait 71 morts, on compte plus 1 000 disparus et 60 000 hectares ravagés. Pour le président américain, qui s’est rendu dans la ville presque entièrement décimée Paradise ce samedi 17 novembre, la cause est limpide : la mauvaise gestion des forêts.

Lire aussi > Trump déclare avoir un « instinct naturel pour la science »

Un avis tranché

« C’est très triste à voir », s’est désolé Trump dans la ville de Paradise en cendres, que des nombreux habitants retraités ne sont pas parvenus à fuir à temps. Interrogé sur l’impact de la catastrophe sur ses positions sur le changement climatiques, le président américain a répondu « J’ai un avis tranché. Je veux un super climat et nous allons l’avoir. Et nous aurons des forêts très sûres ».  Autrement dit : il maintient ses positions. En dépit de l’avis unanime des experts, le milliardaire new-yorkais a toujours réfuté l’idée que le changement climatique est imputable à l’homme.

Incendies Californie
Campement dans un parking de Chico, Californie. 17 novembre © Josh Edelson / AFP

Gestion des forêts

L’impact du « Camp Fire » a été ressenti jusque 200 km au sud de Paradise, dans la ville de San Francisco. Les autorités y ont lancé ce vendredi 16 novembre une alerte à la pollution, l’indice de la qualité de l’air atteignant le niveau de villes comme Dacca, la capitale du Bangladesh. Vendredi, le pont du Golden Gate était enveloppé d’un épais brouillard. « C’est très mauvais, a commenté un habitant de la ville, Melvin Karsenti, interrogé par le Huffington Post. Il y a ce nuage permanent sur la ville. L’air semble plus épais. Je n’ai jamais vu autant de gens portant des masques ».

Lire aussi > Trump : Un calme olympien face au rapport alarmant sur le climat de l’ONU

Comment le feu est-il devenu si meurtrier ? Pour le président américain, si le changement climatique a pu être « en toute petite partie » responsable, le vrai coupable est la mauvaise gestion des forêts :  « Il nous faudra une gestion différente, je dis cela depuis longtemps ». Accusant l’irresponsabilité de la Californie, ce dernier semble avoir omis que celles-ci sont en majorité sous le contrôle … de l’État fédéral.

CIM Internet