Paris Match Belgique

Le « Green Friday », l’anti-Black Friday qui fait du bien

green friday black friday

Quand le green prend le pas sur le black. | © Capture d'écran Facebook / LeGreenFriday.

Environnement

Une association française veut profiter du Black Friday pour sensibiliser à la surconsommation. Certaines enseignes ont également décidé de ne pas faire de promos.

Ce vendredi 23 novembre, c’est le terrible Black Friday, journée dédiée aux promos chocs et agressives dans nos magasins et sur le web. Venue des États-Unis, elle marque le coup d’envoi des achats de Noël au lendemain de Thanksgiving. Débarquée chez nous il y a quelques années, elle ne plaît pas forcément à tout le monde et on peut facilement en comprendre les raisons, impliquant une surproduction de biens voraces en ressources. En France, Le réseau Envie, qui répare notamment des appareils électroménagers jetés, a lancé une fronde l’an dernier en créant le Green Friday, mouvement qui appelle à éviter la surconsommation. « L’idée est de se saisir de cette journée pour accélérer une prise de conscience, montrer au public qu’il existe des alternatives de consommation plus durables, permettre à chacun de s’emparer de son pouvoir de choisir à travers son pouvoir de consommer », détaille à Libération Anémone Bérès, présidente de l’association.

Lire aussi > Testez l’impact de votre consommation sur la biodiversité

150 magasins participants


Soutenue notamment par la Mairie de Paris, l’association proposera ce vendredi des actions de sensibilisation partout en France à travers un réseau d’entreprises de l’économie sociale et solidaire. Au total, pas moins der 150 enseignes participent à la démarche. Le Slip français, par exemple, avance à contre-courant de ses concurrents et ne proposera aucune promotion pour le Black Friday nous dit Le Point. « Nous nous efforçons d’être cohérents », explique l’entreprise qui fabrique ses produits en France. L’enseigne ne veut pas « sur-produire, ne pas sur-stocker », et veut proposer ses produits « au juste prix : celui qui rémunère la qualité d’un savoir-faire textile ». Le green Friday veut faire découvrir au publlic d’autres modes de consommation (ou de non-consommation) pour limiter le gaspillage : réparer plutôt que jeter, encourager l’achat d’occasion ou local, allonger la durée de vie des produits.

350 m2 de forêt dévastés chaque année par consommateur

En cette Semaine européenne de réduction des Déchets, inaugurée lundi, il est urgent de rappeller que nous consommons toujours plus (et trop). Ainsi, les européens achètent 60% de vêtements de plus qu’il y a 15 ans mais gardent leurs habits deux fois moins longtemps. Pareil pour nos téléphones, que nous changeons en moyenne tous les deux ans alors qu’ils ne sont pas forcément défaillants. Début novembre, le WWF publiait une étude révélant l’impact de notre consommation sur la déforestation : Il faut en moyenne déboiser l’équivalent de 350 m2 pour répondre aux besoins annuels d’un consommateur moyen.

Lire aussi > Black Friday : Un vendredi noir pour la réduction des déchets

La Camif, site de vente en ligne alternatif, va plus loin et fermera son site de vente en ligne ce vendredi. « Le Black Friday représente l’inverse de ce que nous prônons, cette consommation rendue compulsive par un matraquage à faire perdre la raison, qui n’a aucun sens ! », explique l’entreprise, qui dit ne pas vouloir « culpabiliser le consommateur, mais lui ouvrir les yeux sur le pouvoir qui est le sien ». 

CIM Internet