Paris Match Belgique

Comment près de 150 cétacés ont-ils pu s’échouer sur une plage néo-zélandaise ?

Baleines Nouvelle-Zélande

Les échouements de cétacés sont fréquents dans le pays, où les autorités sont confrontées en moyenne à plus de 80 cas par an. | © AFP PHOTO / New Zealand Department of Conservation

Environnement

Les autorités néo-zélandaises ont annoncé lundi l’échouage de 145 globicéphales sur une plage isolée de l’île Stewart. La moitié des animaux était déjà morte à l’arrivée des sauveteurs et la seconde moitié a dû être euthanasiée.

 

« La chance de pouvoir remettre ces animaux à l’eau était quasi inexistante », s’est désolé Ren Leppens du Department of Conservation (DOC), l’organisation publique néo-zélandaise de protection de la nature. « Le lieu éloigné, le manque de personnel disponible à proximité et la dégradation de l’état des animaux ont fait que l’euthanasie était la chose la plus humaine à faire. Pour autant, c’est toujours une décision qui vous brise le cœur », a-t-il ajouté.

Lire aussi > L’autopsie terrifiante d’un cachalot gavé de plastique

Incompréhension

Cet échouement inexpliqué jusqu’ici a été rapporté par un randonneur samedi soir. L’île Steward est la troisième plus grande de Nouvelle-Zélande. Elle se situe à une trentaine de kilomètres au sud de l’Île du Sud. Les échouements de cétacés sont fréquents dans le pays, où les autorités sont confrontées en moyenne à plus de 80 cas par an, soit plus de 5 000 échouements depuis 1840. Mais la plupart du temps, seul un animal échoue à la fois.

Lire aussi > Les baleines ont du souci à se faire

Ce drame incompréhensible survient une semaine après la découverte d’un cachalot gavé de plastique en Indonésie. La cause environnementale à cette nouvelle catastrophe est envisagée par le DOC, interrogé par The Guardian : « Les facteurs contributifs peuvent inclure la maladie, une erreur de navigation, des aspects géographiques, une marée qui baissait rapidement, la menace de prédateurs ou des conditions météorologiques extrêmes ».

La tribu locale Māori, Ngāi Tahu travaille maintenant avec DOC pour bénir les cétacés morts et préparer des plans pour l’inhumation des corps.

Avec Belga 

CIM Internet