Paris Match Belgique

Lego veut devenir durable (mais n’y est pas encore)

Au total, le producteur de jouets a aussi investi 135 millions d’euros dans la recherche de solutions de remplacement.

Environnement

En 2030, Lego souhaite fabriquer tous les produits à partir de matériaux durables, mais ces matériaux ne représentent actuellement que deux pour cent de la production.

 

En ce matin de St-Nicolas, de nombreux bambins ont trouvé au pied de la cheminée un paquet contenant des briques Lego. Incontournable en cette périodes de cadeaux, la marque danoise est fortement appréciée des enfants … et des parents, car le jouet encourage la créativité des plus jeunes. Alors, où se trouve le problème ? Et bien, les briques ludiques ne sont absolument pas écologiques. La société a ajourd’hui montré son souhait de remédier à ce souci éthique (de taille).

Lire aussi > 5 idées futées pour un sapin de Noël … sans sapin

Joue bien

Deux kilogrammes de pétrole sont nécessaires pour produire un kilo de Lego. Considérant que 4,9 millions de briques sont construites toutes les heures, le fardeau en devient particulièrement lourd pour la planète. Ironique, lorsqu’on sait que le mot « Lego » est un dérivé de l’expression « leg godt » danois, qui signifie « joue bien ». Sans douter du plaisir que procure le jouet, les enfants qui « jouent bien » ne jouent certainement pas « durable » lorsqu’ils empilent les briques.

2030 ?

La société recherche activement, depuis plusieurs années, une solution à ce problème. Au total, le producteur de jouets a aussi investi 135 millions d’euros dans la recherche de solutions de remplacement. Il s’est également distancé de la société Shell.  En 2030, Lego souhaite fabriquer tous les produits à partir de matériaux durables – qui ne représentent actuellement que deux pour cent de la production – mais il y a encore un long chemin à parcourir.

Lire aussi > Les nouveaux Lego végétaux sont-ils vraiment écolos ?

Le premier résultat sera bientôt en vente. En collaboration avec la société d’éoliennes Vestas, Lego a lancé une collection d’éoliennes, fabriquées à partir de plastique à base de canne à sucre. La première collection faite à partir de ce matériau, appelée « Plants from Plants » avait été lancée cet été. Mais avait suscité des réactions dubitatives. Car si la construction des briques en devient moins nocive pour la planète, celles-ci ne sont pas biodégradables.

Il est légitime de se demander si Lego sera en mesure de tenir sa promesse d’ici 2030. Les exigences de qualité sont très élevées et le bioplastique ne peut malheureusement pas y répondre pour le moment.

Avec Belga 

CIM Internet