Affamés par la surpêche, 70% des oiseaux marins ont disparu entre 1950 et 2010

Affamés par la surpêche, 70% des oiseaux marins ont disparu entre 1950 et 2010

oiseaux marins extinction surpêche

Image d'illustration. | © Unsplash / Alex Pepelasev.

Environnement & Animaux

Une étude dévoile que le nombre d’oiseaux marins a drastiquement chuté en 60 ans. En cause, la concurrence de la pêche industrielle qui ne cesse d’augmenter.

Qu’il s’agisse de la population mondiale des orques qui baisse sévèrement ou de la vie marine sauvage à l’agonie, la pêche intensive fait des ravages dans nos océans. Une nouvelle étude vient nous alarmer : la population des oiseaux marins n’a cessé de diminuer depuis 1970. La faute à cette pêche insutrielle qui augmente constamment et épuise les ressources alimentaires de nos ailés marins, qui se retrouvent affamés. C’est la revue Current Biology qui fait ces révélations, repérées par Le Figaro.

Lire aussi > En voie d’extinction, le marsouin du Pacifique a encore une chance

Le nombre d’oiseaux marins qui vivent sur les côtes et se nourrissent de poissons en mer a diminué de près de 70% entre 1950 et 2010, dévoile l’étude. Sur 346 espèces d’oiseaux marins, 38% d’entre elles sont considérées comme « en danger critique » ou « en danger » par l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) et presque la moitié de l’ensemble des espèces est en déclin.

Une rude compétition

Ces oiseaux sont affamés par la concurrence avec la pêche industrielle qui a largement augmenté ses prises jusqu’au milieu des années 1990, avant de diminuer légèrement jusqu’en 2010. La capture annuelle moyenne des petites proies des oiseaux par les pêcheries est passée de 59 à 65 millions de tonnes entre les périodes 1970-1989 et 1990-2010, détaille l’ornithologue du CNRS David Grémillet qui a piloté l’étude.

surpêche oiseaux marins
© Unsplash / Tolga Ahmetler.

« La consommation moyenne annuelle de nourriture des oiseaux a diminué de 70 à 57 millions de tonnes » pendant la même période. Par ailleurs, sur près de la moitié des océans du monde – dont les océans Austral et Indien, les mers Méditerranée et de Norvège et la côte californienne -, les pêcheries ont continué d’augmenter leurs prises.

Lire aussi > Aux Galapagos, l’enlèvement massif de tortues géantes menacées d’extinction

Le nombre d’oiseaux quels qu’ils soient diminue. Et si les oiseaux marins sont en danger, ceux des campagnes ont également largement diminué. Deux réseaux de suivi des oiseaux ont constaté en mars dernier que les volatiles « disparaissent à une vitesse vertigineuse«  du territoire français ces quinze dernières années. Un tiers d’entre eux ont disparu.

CIM Internet