Paris Match Belgique

À 15 ans, elle se met en grève scolaire pour le climat (et inspire le monde entier)

Greta Thunberg

30 novembre, devant le Parlement suédois. | © Hanna FRANZEN / TT News Agency / AFP)

Environnement

Plus de 33 000 abonnés  sur Twitter, nommée parmi le 25 personnes de l’année par le Time. À 15 ans, Greta Thunberg fait parler d’elle. 

 

Au départ, elle était seule. Étudiante de 15 ans, elle s’est au lendemain de l’été le plus chaud jamais enregistré en Suède plantée devant le Parlement suédois, brandissant une pancarte sur laquelle était inscrit « en grève scolaire pour le climat ». Les élections devaient se dérouler le 9 septembre, et la jeune fille estimait qu’aucun candidat ne portait des ambitions assez grandes pour faire face à la hausse des températures. Interpellés, ces derniers sont venus lui parler, tentant de la persuader de reprendre le chemin de l’école. À moitié convaincue, cette dernière y va désormais tous les jours, sauf le vendredi. Son action a été imitée et reprise sur les réseaux sociaux partout dans le monde avec le hashtag #FridaysForClimate. Et son action a eu un retentissement inouï, raconte Le Monde.

Lire aussi > Le monde du sport mouille à son tour le maillot pour le climat

#FridaysForFuture

Trois mois plus tard, elle est devenue un véritable phénomène. Près de 33 000 personnes la suivent sur Twitter et le hashtag #FridaysForFuture est devenu viral. Il s’est propagé en Allemagne, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, et même en Australie, où des milliers d’élèves se sont rassemblés devant les parlements régionaux, le 30 novembre. Elle a parcouru le monde entier pour transmettre son message et à même rencontré le secrétaire général des Nations unies à Katowice, lors de la COP24. À Helsinki, elle disait : «  Certaines personnes disent que nous devrions étudier pour devenir chercheurs sur le climat, afin de pouvoir résoudre la crise climatique. On a les outils pour la résoudre. (…) Pourquoi devrions-nous étudier pour un futur qui n’existera bientôt plus, alors que personne ne fait rien pour le sauver ? », cite Le Monde.

Le quotidien français raconte que l’engagement de la jeune fille date de l’école primaire. Déjà à l’époque, elle ne comprend pas qu’on ne traite pas le réchauffement pour ce qu’il est : « La plus grosse crise à laquelle l’humanité ait à faire face ». Depuis lors, Greta Thunberg lit tout ce qu’elle trouve sur le sujet. À 11 ans, la jeune fille fait une grave dépression et est diagnostiquée Asperger, un syndrome autistique. Une période qui convaincra sa mère, chanteuse opéra, de renoncer à sa carrière internationale et d’adopter un mode de vie plus écologique.

Greta Thunberg
© Janek SKARZYNSKI / AFP

Engagée, Greta refuse de prendre l’avion. Elle a décliné sa nomination au Children Climate Prize, remis le 20 novembre à Stockholm, au motif que tous les finalistes allaient y venir en avion.

CIM Internet