Pourquoi les feux d’artifice sont les champions de la pollution

Pourquoi les feux d’artifice sont les champions de la pollution

Image d'illustration. | © Unsplash / Jingda Chen.

Environnement & Animaux

Chaque année, ils sont les stars des festivités du Nouvel An. Malheureusement, les feux d’artifice contiennent un cocktail de produits chimiques particulièrement polluant.

Vous connaissez la recette de la poudre qui compose les feux d’artifices qui illuminent nos cieux ? Elle n’est pas très sexy et, surtout, pollue notre environnement plus qu’on ne le croit. La fameuse « poudre noire » qui sert de combustible est un mélange très chimique fait, entre autres, de charbon, de soufre et de potassium. Mais pas que. Et c’est là que notre planète en prend pour son grade, comme nous le rappelait Futura Sciences cet été.

Lire aussi > Ces webcams vous feront apprécier les feux d’artifice du monde entier sans bouger de votre canapé

Des particules fines métalliques

On retrouve ainsi dans la poudre magique des particules fines métalliques qui confèrent leurs couleurs éclatantes aux feux d’artifice. Cuivre ou encore lithium sont en effet monnaie courante dans la fameuse « recette ». Lors de l’explosion, celle-ci sont relâchées dans l’atmosphère et génèrent une pollution encore pire que celle produite par les véhicules automobiles. D’après une étude portant sur la fête nationale du 4 juillet aux États-Unis et publiée dans Science Directla concentration en particules fines demeure encore 42 % plus élevée durant les 24 heures qui suivent un feu d’artifice. Pas très rassurant.

À l’origine de troubles sanitaires

feux d'artifices pollution
Ils sont beaux pour les yeux mais pas très bons pour la planète. © Unsplash / Milkovi.

Au Royaume-Uni, les feux d’artifice constituent aujourd’hui la plus grande source de production de certaines particules métalliques dans l’atmosphère. Ces particules fines sont à l’origine de problèmes de santé bien documentés : affections respiratoires, augmentation des risques chez les asthmatiques et les personnes cardiaques, nous rappelle encore Futura Sciences.

Le CO2, encore lui

Pour dix tonnes de poudre projetées dans l’atmosphère, ce sont pas moins de cinq tonnes de dioxyde de carbone (CO2) qui investissent notre atmosphère, soit l’équivalent d’un bon trajet de 20 000 km en voiture.

Les points d’eau aux alentours des shows pyrotechniques sont les premiers à pâtir de la poudre noire. Et les substances qui y retombent viennent les contaminer durement.

Lire aussi > Les feux d’artifices silencieux à la rescousse des animaux peureux

En août dernier, lors des fameux feux d’artifice qui avaient égayé la fête nationale suisse au dessus du Lac Léman, par exemple, un taux de particules fines plus élevé que la normale avait été enregistré.

Et si, à l’avenir, à l’aube d’une année 2019 qui sera on l’espère plus que jamais placée sous le signe de l’environnement, on remplaçait tout simplement les show à la poudre magique par des performances sons et lumières moins nocives pour notre planète ?

CIM Internet