Paris Match Belgique

À combien de bombes atomiques équivaut le changement climatique ?

Bombe atomique

Illustration. 1952. Essai nucléaire américain à Eniwetok. | © Flickr / US government

Environnement & Animaux

Les océans absorbent près de 90% de l’énergie du changement climatique. 

 

Selon une étude menée par la professeure Laure Zanna, de l’université d’Oxford,  la chaleur totale absorbée par les océans au cours des 150 dernières années était environ 1 000 fois supérieure à la consommation annuelle d’énergie de l’ensemble de la population mondiale. Et en bombes atomiques, ça fait combien ? « J’essaie de ne pas faire ce type de calcul, simplement parce que je le trouve inquiétant », a-t-elle déclaré à The Guardian. Insolent, le média britannique a alors lui-même calculé à partir des conclusions de l’universitaire que le réchauffement moyen des océans sur une période de 150 ans équivaut environ à l’énergie de 1,5 bombe atomique de la taille d’Hiroshima par seconde. De plus, le réchauffement s’est ces derières décennies accéléré avec l’augmentation des émissions de carbone. En terme d’énergie, il équivaudrait aujourd’hui à entre trois et six bombes atomiques par seconde. Anxieux ?

Lire aussi > Le réchauffement climatique pourrait faire disparaître la truffe

Une quantité d’énergie énorme

La recherche se base sur des mesures de la température de la surface de l’océan depuis 1871 (à partir de modèles informatiques de la circulation océanique) : « Notre approche s’apparente à ‘peindre’ différents fragments de la surface de l’océan avec des colorants de différentes couleurs et à surveiller leur propagation dans l’intérieur au fil du temps. Si nous connaissons l’anomalie de température de surface de la mer en 1871 dans l’Atlantique Nord, nous pouvons déterminer dans quelle mesure elle contribue au réchauffement de l’océan Indien profond, par exemple, en 2018 ».

Réchauffement climatique
© Roxanne Desgagnes / Unsplash

Les chercheurs ont constaté que plus de 90% de la chaleur piégée par les émissions de gaz à effet de serre est absorbée par les mers, contre quelques pour cent seulement chauffant respectivement l’air, la terre et les calottes glaciaires. C’est cette énorme quantité d’énergie conservée au fond les océans qui entraîne l’élévation du niveau de la mer, et rend les cyclones et les typhons plus intenses.

Lire aussi > Pour un philosophe australien, nous sommes tous climatosceptiques

L’étude est la première à remonter aussi loin dans le temps (1871) dans son observation de l’effet du réchauffement climatique sur les océans. Des estimations précédentes remontaient « seulement » à 1950. Les chercheurs indiquent que cette meilleure compréhension des précédents changements dans les mers dus au réchauffement climatique permettra, à l’avenir, d’anticiper au mieux les impacts futurs de ce dernier. La montée des océans est l’un des plus grands dangers du réchauffement climatique, et menace des millions d’hommes vivant dans les villes près des côtes.

CIM Internet