Paris Match Belgique

« Je veux que vous paniquiez » : Le discours poignant de Greta Thunberg à Davos

greta thunberg davos

Greta Thunberg a pris part ce vendredi à un débat officiel sur le dérèglement climatique. | © Fabrice COFFRINI / AFP

Environnement

Aux dirigeants présents au forum, l’adolescente continue de réclamer une mobilisation pour parvenir à respecter l’accord de Paris.

 

Dans les couloirs du Forum économique de Davos, impossible de ne pas remarquer ses deux nattes, son pantalon violet et sa paire de baskets bleues. Après avoir passé la nuit dans la tente de l’Arctic Basecamp par -15 degrés à Davos, la jeune suédoise de 16 ans était attendue au WEF ce vendredi pour prendre part à un débat officiel sur le dérèglement climatique.

« Je ne veux pas que vous soyez désespérés, je veux que vous paniquiez »

Aux dirigeants présents au forum, l’adolescente continue de réclamer une mobilisation pour parvenir à respecter l’accord de Paris qui vise à limiter le réchauffement à 2°C, idéalement 1,5°C, par rapport à l’ère préindustrielle. « La perspective du réchauffement climatique devrait instiller la peur chez les dirigeants du monde entier et les pousser à l’action », a estimé Greta Thunberg, devenue en quelques semaines une figure mondiale du militantisme pour le climat.

Lire aussi > 35 000 étudiants font l’école buissonnière pour sauver le climat [PHOTOS]

« Je ne veux pas que vous soyez désespérés, je veux que vous paniquiez », a la jeune fille qui, pour rendre son déplacement à Davos le plus écologique possible, a opté pour un voyage de 65 heures en train (aller-retour de Suède en Suisse). « Je veux que vous ressentiez la peur qui m’habite chaque jour et que vous agissiez, comme s’il y avait le feu, parce que c’est le cas », a-t-elle ajouté. « Il y a encore une petite chance de stopper les émissions de gaz à effet de serre afin d’éviter des souffrances pour une grande partie de la population de la planète. »

« Pourquoi étudier pour un futur qui n’existera bientôt plus ? »

Cette jeune Suédoise a décidé de faire l’école buissonnière tous les vendredis pour protester devant le parlement suédois et a inspiré de nombreux élèves de par le monde à brosser les cours pour manifester et réclamer une politique climatique. Elle a parcouru le monde entier pour transmettre son message et à même rencontré le secrétaire général des Nations unies à Katowice, lors de la COP24. À Helsinki, elle disait : «  Certaines personnes disent que nous devrions étudier pour devenir chercheurs sur le climat, afin de pouvoir résoudre la crise climatique. On a les outils pour la résoudre. (…) Pourquoi devrions-nous étudier pour un futur qui n’existera bientôt plus, alors que personne ne fait rien pour le sauver ? »

 

Avec Belga

CIM Internet