Faut-il arrêter de boire du prosecco pour sauver la planète ?

Faut-il arrêter de boire du prosecco pour sauver la planète ?

prosecco

Par souci écologique, ferons-nous le choix de renoncer au prosecco ? | © Pexels

Environnement & Animaux

Après la viande industrielle et l’huile de palme, le prosecco pourrait lui aussi figurer sur la liste des produits les plus nocifs pour la planète et l’environnement.

 

En quelques années, il a hérité du surnom de « nouveau champagne » et séduit les papilles du monde entier avec sa robe dorée pailletée de fines bulles. Originaire des collines du nord-est de l’Italie, le prosecco connaît une popularité croissante et fait désormais partie des produits les plus exportés au monde, avec près 600 millions de bouteilles produites en 2018.

Un succès qui a fini par mettre en péril les terres précieuses sur lesquelles se cultive le vin blanc pétillant. Comme l’indique une nouvelle étude italienne, sa production entraîne la destruction massive des sols de son pays natal. Une situation alarmante qui risque de s’accélérer alors que la demande continue d’augmenter, préviennent les experts.

Des tonnes de collines détruites chaque année

Pressés par une demande exponentielle, les producteurs de prosecco ont considérablement élargi leurs vignobles, remplaçant les traditionnelles cultures en terrasses par des centaines de vignes « plantées directement en pente pour faciliter la mécanisation », précise le site Futura Sciences. À force d’exploitation, les sols de la région italienne d’Appellation d’origine contrôlée et garantie (DOCG) se fragilisent avant d’être détruits par les intempéries.

Lire aussi > La viande est-elle passée de mode ?

Publiée sur le site scientifique bioRxiv, l’étude intitulée « Boire la Terre pour du vin » estime que près de 550 000 tonnes de collines sont détruites chaque année dans la région. Par hectare, le chiffre équivaut à 60 tonnes par année. En d’autres termes, chaque bouteille de prosecco détruit à elle seule environ 4,5 kilos de terre, résument les chercheurs. L’érosion des sols de la région résulte également du lessivage intensif et des pesticides pulvérisés sur les vignes, entraînant un appauvrissement de la richesse des terres et une disparition progressive de la biodiversité.

prosecco italie
Originaire des collines du nord-est de l’Italie, le prosecco se cultive principalement entre les communes de Valdobbiadene et Conegliano, en Italie.  © Flickr

Des solutions, mais pas d’action

Si des solutions existent pour réduire l’érosion et l’utilisation de pesticides, comme la plantation de haies en guise de « zones tampons », souligne Futura Sciences, les producteurs de prosecco ne semblent pas prêts à ralentir la cadence de production. Selon le consortium des producteurs cité par le site français spécialisé, ces derniers « auraient pour objectif d’atteindre un million de bouteilles de prosecco par an dans les prochaines années ». Et pour ce faire, n’hésiteront pas à exploiter toujours plus d’hectares. Alors après la viande industrielle, le soja ou encore l’huile de palme, ferons-nous le choix de renoncer au prosecco ?

CIM Internet