Paris Match Belgique

Le Boudewijn Seapark fait polémique en proposant des séances photos avec des dauphins

dauphins

Des dauphins du Boudewijn Seapark, en 2014. | © BELGA PHOTO KURT DESPLENTER

Environnement & Animaux

Pour la Saint-Valentin, le parc animalier de Bruges, Boudewijn Seapark, a rappelé qu’il était possible de réaliser une séance photo avec des dauphins. Une annonce qui a choqué plus d’un internaute.

Le Boudewijn Seapark à Bruges a publié, en début de semaine, sur Facebook un message – entre-temps retiré – dans lequel il informe son public de la possibilité de réaliser une séance photo avec des dauphins. « Un bon plan pour la Saint-Valentin », a glissé le parc animalier sur le réseau social. La publication a suscité de nombreuses réactions, beaucoup estimant une telle démarche peu respectueuse du bien-être animal. Les autorités de la Ville de Bruges disent étudier quelles mesures pourraient être prises.

Face aux critiques, le Boudewijn Seapark a finalement décidé de retirer son post. « La plupart des personnes qui ont réagi positivement à notre annonce ont été agressées via notre page Facebook. Et ce n’est clairement pas ce que nous souhaitions », a expliqué un porte-parole du parc.

Lire aussi > Quand nager avec des dauphins virtuels a des vertus thérapeutiques

Pas nouveau

Malgré la polémique, celles et ceux qui le souhaitent peuvent toujours se faire immortaliser avec un dauphin pour le prix de 100 euros. « Il ne s’agit pas d’une nouveauté mise en place quelques jours avant la Saint-Valentin. Au contraire, c’est quelque chose que nous proposons depuis longtemps. Notre post visait donc juste à rappeler à notre public que le parc offre une telle possibilité et que ça peut être une chouette idée de cadeau de Saint-Valentin », se défend le porte-parole.

L’ancien conseiller communal Sammy Roelant s’est dit consterné par l’annonce du delphinarium et demande qu’un procès-verbal pour maltraitance animale soit dressé par la police. L’échevin compétent, Mathijs Goderis (sp.a), a également été choqué. « Nous examinons actuellement quelles mesures peuvent être prises. Nous ne pouvons faire appel à la police qu’en cas de négligence ou de maltraitance grave ou urgente, ce qui n’est pas le cas ici ».

Avec Belga

CIM Internet