Paris Match Belgique

Les deux tiers de l’Himalaya pourraient fondre d’ici à 2100

La fonte des glaciers de l'Himalaya aurait des conséquences sur plus d'1,65 milliard de personnes. | © PRAKASH MATHEMA / AFP

Environnement & Animaux

L’Himalaya et l’Hindou Kouch pourraient voir la majorité de leurs glaciers fondre d’ici 2100 si la planète continue à rejeter la même quantité de gaz à effet de serre. Plus d’1,65 milliard de personnes manqueraient alors d’eau.

Lire aussi > La Colombie, victime impuissante face à la fonte de ses glaciers

Les neiges éternelles de l’Himalaya ne seront peut-être bientôt plus qu’un souvenir. Deux tiers des glaciers de l’Himalaya et de l’Hindou Kouch pourraient fondre d’ici 2100 selon une nouvelle étude. Cette région montagneuse de plus de 3 500 kilomètres est qualifiée par les scientifiques de « troisième pôle » en raison de son immense réserve de glace. Une dizaine de cours d’eau sont alimentés par ces glaciers en Asie, comme le Gange, le Mékong, ou encore le fleuve Jaune. Ce changement aurait un impact direct sur la population : l’alimentation en eau d’1,65 milliard de personnes en dépend.

Glaciers, Réchauffement climatique, Himalaya
Des lacs sont créés dans l’Himalaya à cause de la fonte des glaces. ©Nasa/MAXPPP

Cette étude est le résultat de 5 années de travail pour l’International Centre for Integrated Mountain Development (ICIMOD), une organisation intergouvernementale basée au Népal. C’est ainsi que 350 chercheurs et experts sont arrivés à la conclusion que plus de la moitité des glaciers de l’Himalaya et de l’Hindou Kouch auront disparu dans moins d’un siècle si le rejet de dioxyde de carbone reste le même. « C’est la crise climatique dont vous n’avez pas entendu parler » a déclaré Philippus Wester dans le communiqué de presse de l’ICIMOD.

Une prédiction inquiétante

Le rapport précise que même si les nations parviennent à maintenir un réchauffement climatique à +1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle (objectif fixé par l’accord de Paris sur le climat de 2015), le massif montagneux perdrait quand même un tiers de ses glaciers. Cette fonte des glaces aura de graves conséquences pour les 250 millions d’habitants dans les montagnes, et les 1,65 milliard d’habitants dans les bassins fluviaux. Une importante fonte glaciaire aura une répercussion sur la production agricole, ce qui laisse présager un risque d’insécurité alimentaire. Le rapport spécifie que « davantage d’eau devrait déferler dans l’Indus, le Gange et le Brahmapoutre », ce qui obligera les populations à changer leur manière de pratiquer l’agriculture dans les vallées desservies par ces fleuves. Les populations devraient également faire face à des changements dans la mousson, des sécheresses plus fréquentes, des violentes précipitations et des soudaines inondations dues aux ruptures des glaciers.

Lire aussi > Plus de 400 écoles fermées à cause de la pollution à Bangkok

La pollution atmosphérique a également un impact direct sur les glaciers en y déposant de la poussière et du carbone. Ce phénomène accélère la fonte des glaces, mais modifie également la mousson et la distribution des pluies en Asie. Selon le rapport, le seul moyen de contrer cette fatalité serait d’investir 3,2 à 4,6 milliards de dollars par an d’ici 2030, puis 5,5 à 7,8 milliards par an d’ici à 2050 grâce à une aide internationale.

L’Himalaya n’est pas le seul à devoir faire face au changement climatique. La fonte des glaces touche également l’Antarctique et le Groenland. Selon une étude publiée mercredi dans Nature, le niveau des océans pourrait augmenter de 15 centimètres d’ici 2100.

CIM Internet