Anuna De Wever reçoit Paris Match à domicile : « J’ai peur pour mon propre avenir »

Anuna De Wever reçoit Paris Match à domicile : « J’ai peur pour mon propre avenir »

Vidéo Environnement & Animaux

La lycéenne flamande, co-initiatrice de Youth for Climate Belgique, nous a reçus à Mortsel, dans la banlieue d’Anvers. A la clé, un entretien fleuve dans la salle à manger familiale.

Elle a rencontré son modèle, Greta Thunberg, ce jeudi 21 février à Bruxelles et prépare un livre avec Kyra Gantois, sa compagne. En amont de la dernière marche pour le climat, elle nous a parlé genre et diversité, a évoqué ses objectifs, hantises et cauchemars récurrents. Elle cite quelques profils fondateurs, souligne l’impact d’un Leonardo DiCaprio ou d’une Michelle Obama. Elle mentionne Rosa Parks, figure emblématique de la lutte contre la ségrégation raciale aux Etats-Unis, avec Martin Luther King. Extraits.

Lire aussi > Anuna De Wever nous parle genre & diversité : « La nature n’est pas au-dessus de tout »

Vague de chaleur sur la Belgique

“Nous avons eu une grosse vague de chaleur en Belgique cet été. J’étais vraiment terrifiée car c’était la première fois que j’étais concrètement confrontée aux effets secondaires du changement climatique. Ça peut sembler très égoïste car bien sûr, il y a des tas d’événements climatiques bien plus graves à travers le monde. Mais parce que ça m’a affectée de manière aussi directe, ça m’a vraiment terrifiée. Maintenant, j’ai peur pour mon propre avenir.”

« Michelle Obama est inspirante »

“Nous avons de plus en plus de contacts internationaux. Nous avons des contacts partout dans le monde. En Australie, au Danemark, à Hong Kong, en Allemagne… Et j’adore le fait que le mouvement devient aussi “global”. J’adorerais rencontrer notamment Leonardo DiCaprio parce qu’il est un véritable activiste du climat et qu’il investit beaucoup d’argent dans des projets qui à ses yeux pourront avoir un impact réel sur le changement climatique.  J’espère aussi rencontrer un jour Michelle Obama. Parce que je pense qu’elle est vraiment inspirante. Elle demande aussi à chacun de prendre ses responsabilités et de prendre soin les uns des autres. Et je pense que c’est là le point le plus crucial.”

“Je crois que Michelle Obama pourrait facilement mener une bonne candidature à la présidence des États-Unis si elle le voulait. Parce qu’elle s’occupe de tous et qu’elle prend ses responsabilités. Aux yeux du président Trump en revanche, le changement climatique n’existe même pas… Je crois qu’il en est fermement convaincu car il a des enfants, dont un jeune encore, et il ne semble pas se préoccuper de leur propre avenir. Je crois qu’il pense réellement que le changement climatique est un mythe. Il s’est retiré des Accords de Paris etc. C’est une façon de ne pas prendre ses responsabilités et, au contraire, de gâcher tout pour tout le monde.”

Lire aussi > Les arbres, « notre arme la plus puissante » dans la lutte contre le réchauffement climatique

« Le genre n’a aucun intérêt »

“J’espère que dans un avenir proche, la couleur de peau et le genre n’auront plus le moindre intérêt ni la moindre espèce d’importance car c’est le cas. Et les gens ne se préoccuperont plus de savoir si vous êtes une fille ou un garçon ou entre les deux. Ils n’y penseront même pas car ça n’a, de fait, aucun intérêt. Et beaucoup de gens se sentent enfermés dans un tiroir, dans une catégorie et c’est dur à porter pour eux. Donc j’espère que les gens vont simplement arrêter de se préoccuper du genre.

Découvrez l’interview longue dans Paris Match ce jeudi 21 février 2018

 

©Paris Match Belgique

 

 

CIM Internet