Paris Match Belgique

Qu’est-ce que le tsunami de glace qui s’est abattu sur le Canada ?

tsunami glace

Des vents de plus de 100 km/h ont poussé la glace sur les rives. | © @Codylaw1/Twitter

Environnement & Animaux

À Fort Erié, au Canada, des vagues de glace se sont déversées sur la côte. Si ce n’est pas la première fois que le phénomène est constaté, il est surprenant qu’il arrive si tôt dans l’année.

Au sud-est du Canada, à la frontière avec les États-Unis, des morceaux de glace ont envahi les berges de la rivière Niagara et ont offert des images plutôt impressionnantes de la ville de Fort Erié dans laquelle s’est créé un véritable mur de glace bougeant lentement mais sûrement. Cet étrange phénomène naturel a déjà été observé par le passé mais il n’en est pas pour autant moins impressionnant. En 2013, une vague glacée avait déjà détruit une partie d’un village canadien et en 2001, des tas de glaces ont atteint une hauteur de 5 mètres, sur la côte de la mer des Tchouktches en Alaska

« Ce tsunami glacé est une des choses les plus folles que je ai jamais vues. Il commence à raser les arbres et les lampadaires ».

Qu’est-ce qu’un tsunami de glace ?

« Un tsunami de glace se forme lorsque de fortes rafales de vent poussent la glace qui flotte à la surface de l’eau vers les rives », explique Mike Nicco, météorologiste pour la chaîne de télévision ABC7 News. Ce jour-là, des vents allant jusqu’à 100 km/h soufflaient les glaces sur la terre ferme, forçant les autorités à fermer la route afin de protéger les conducteurs. À Fort Erié, le vent aurait même atteint la vitesse de 127 km/h. « Nous avons eu des tempêtes dans le passé, mais rien de tel », expliquait un habitant de Hoover Beach, à New York, de l’autre côté de la frontière, au journal WGRZ, repris par le National Géographic.

Lire aussi > Le spectacle impressionnant des chutes du Niagara gelées

Si on ne peut pas dire que le phénomène soit très courant, ce n’est cependant pas la première fois qu’il se produit dans le nord de l’Amérique. Mais d’habitude, cela se produit au début du printemps. La première mention de ce genre de phénomène remonte à 1822. « Au-delà des vents, la glace des lacs peut également se déplacer vers le rivage lorsque de brusques changements de température forcent la glace à se dilater et à se contracter. La combinaison de ces deux facteurs peut amener le déplacement des blocs rocheux au fond des lacs et même sur les rives, formant ainsi des crêtes de blocs rocheux appelés remparts, poussant la glace », note encore le National Geographic.

CIM Internet