Comment le Costa Rica veut atteindre zéro émission d’ici 2050

costa rica

Le Costa Rica veut évoluer vers une économie verte, qui favorise l'utilisation et l'exploitation de ressources durables et naturelles. | © Isabella Jusková/Unsplash

Environnement & Animaux

Fin février, le Costa Rica a présenté ce que certains ont qualifié de « plan climat le plus ambitieux au monde ». Le gouvernement a annoncé vouloir lancer sa décarbonation afin d’en faire un pays complètement neutre en émission d’ici 2050. S’il atteint ses objectifs, il serait le premier pays au monde à atteindre zéro émission nette.

Réduire ses émissions de gaz à effet de serre est sans doute le défi du siècle. En octobre passé, le Giec (le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) a publié un rapport éloquent sur les conséquences que pourrait avoir le réchauffement climatique planétaire s’il dépasse le fameux 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels. Le rapport a été écrit suite à l’accord de Paris adopté par la communauté internationale à Paris, en 2015, lors de la COP21. L’accord est ambitieux et il fixe le cadre pour les actions climatiques internationales. Objectif : réduire les émissions de gaz à effet de serre et le maintenir en dessous des 2°C par rapport aux niveaux préindustriels. Le mieux étant de ne pas dépasser le 1,5°C. « Nous avons encore une chance de limiter la hausse des températures en dessous de 1,5°C, les solutions sont à notre portée mais les ambitions doivent être revues à la hausse », avait annoncé à l’époque Wendel Trio, le directeur de Climate Action Network (CAN) Europe, qui rassemble des centaines d’associations et d’ONG actives dans la défense de l’environnement. C’est donc dans cette veine que le président du Costa Rica, Carlos Alvarado, a lancé à la fin du mois de février un plan national de décarbonation. D’ici 2050, son objectif est d’en faire l’un des premiers pays au monde à atteindre zéro émission nette.

Lire aussi > Réchauffement climatique : Pourquoi et comment rester à +1,5°C

©Avantgarde Concept/Unsplash

Son objectif n’est donc pas de supprimer complètement les émissions de gaz à effet de serre. Lorsqu’on parle d’un bilan neutre en carbone, cela veut dire que le Costa Rica s’engage à réduire à néant les émissions des activités humaines qui ne peuvent pas être captées par la nature. Concrètement, le plan se présente en trois étapes à court, moyen et long terme. Si d’autres pays se sont engagés au niveau du climat et ont émis leur propre plan climat, la particularité de ce pays d’Amérique centrale se situe dans le fait qu’il est le premier à avoir présenté un plan concret à court terme, notamment, explique le journal Libération.

Dans son plan, le Costa Rica explique vouloir évoluer « vers une économie verte, qui favorise l’utilisation et l’exploitation de ressources durables et naturelles » tout en soulignant que le pays « a réalisé des progrès importants au cours des décennies précédentes, notamment grâce à un réseau électrique exempt à plus de 99% d’émissions ». Pour ce faire, le plan prévoit dix grands axes « qui tracent des voies de changement dans les zones clés pour inverser la croissance des émissions de gaz à effet de serre »  et, ce, dans les domaines du transport, de la construction, de l’agriculture et la gestion des déchets. Parallèlement à cela, huit stratégies transversales prévoient de moderniser le cadre institutionnel et fiscal ainsi que le système éducatif selon des approches intégrales, mêlant les considérations sociales, financières, environnementales et technologiques.

Lire aussi > Trump veut créer un comité pour nier les faits sur le changement climatique

Des actions concrètes

Si les objectifs semblent ambitieux, c’est un mal nécessaire pour limiter le réchauffement climatique. Le gouvernement a divisé en plusieurs étapes la transition énergétique qu’il souhaite opérer, avec plusieurs dates butoir avant 2050 afin d’assurer des objectifs surmontables. Par exemple, le Costa Rica prévoit qu’en 2035, 70% de la flotte des bus et des taxis seront à zéro émission pour atteindre les 100% en 2050. En ce qui concerne la flotte des véhicules légers, aussi bien particuliers qu’administratifs, un quart devra être totalement électrique en 2035 (60% en 2050), principalement les véhicules à usage commercial ou destinés au gouvernement.

déchets
La première étape sera de réduire la production de déchets. ©Dustan Woodhouse/Unsplash

Au niveau des énergies renouvelables, le pays prévoit que d’ici 2030 (soit dans 11 ans seulement), le réseau électrique devra fonctionner entièrement grâce aux énergies renouvelables. L’objectif étant qu’en 2050, l’électricité soit la source d’énergie principale dans les domaines du transport, de l’habitat, du commerce et de l’industrie, notamment. En ce qui concerne la construction, en 2030, 100% des nouveaux bâtiments commerciaux, résidentiels, et institutionnels devront être construit grâce à des technologies qui respectent les normes basses émissions. En ce qui concerne les déchets, le plan prévoit qu’en 2050, l’entièreté du pays ait des solutions pour la collecte, le tri, la réutilisation et l’élimination des déchets. D’ici 2030, le but sera, dans un premier temps, de réduire drastiquement la production des déchets.

Lire aussi > Quand l’agriculture urbaine s’installe sur les toits de Bruxelles

En ce qui concerne l’agriculture, par contre, les objectifs sont assez flou. Le rapport parle seulement d’appliquer « des technologies plus avancées pour avoir une agriculture durable, compétitive, faible en carbone, résiliente et ayant des niveaux de pollution inférieurs » pour l’élevage tout comme pour l’agriculture. Dans ce domaine, le travail risque d’être plus lourd puisque le Coste Rica est l’un des pays au monde, aux côtés de la Colombie, du Japon et du Mexique, à utiliser les plus fortes concentrations de pesticides. Heureusement, le rapport est plus précis lorsqu’il parle de la reforestation de ce petit pays verdoyant à la végétation luxuriante. « Le but est de maintenir la couverture forestière et l’augmenter à 60% d’ici 2030, tout en inversant le processus de dégradation des écosystèmes marins et terrestres ».

Les ambitions du Costa Rica sont élevées mais nécessaires afin d’espérer créer un véritable changement au niveau mondial. Peut-être cela encouragera-t-il d’autres pays à suivre l’exemple. Rendez-vous en 2030 pour mesurer les premiers résultats.

CIM Internet