Pourquoi faut-il bannir les ballons des fêtes d’anniversaire ?

Pourquoi faut-il bannir les ballons des fêtes d’anniversaire ?

ballons anniversaire

La matière souple de ces ballons serait particulièrement dangereuse pour les oiseaux marins. | © Unsplash / David Ngo

Environnement & Animaux

Symbole des joies de l’enfance, les ballons de baudruche constituent pourtant un désastre écologique.

 

On s’en sert comme décoration lors d’anniversaires, de mariage ou autres célébrations. On les remplit d’eau pour en faire de véritables armes d’arrosage massif lors des batailles estivales. On en fait aussi tout un symbole en les lâchant par milliers dans le ciel – parfois accompagnés d’un message – et en les contemplant s’éloigner au gré des vents.

Déchet meurtrier

Symbole des joies de l’enfance, les ballons de baudruche constituent pourtant une catastrophe écologique, rappelle BRUT Nature dans une vidéo diffusée ce 8 mars. Lâchés par centaines de milliers dans la nature, ils explosent dans les airs (ou se dégonflent) et finissent par polluer les terres et les océans. Confondus avec des méduses ou des calamar, ces fragments en caoutchouc « mettent en danger la faune sauvage comme les tortues, les poissons ou encore les dauphins », indique-t-on.

Lire aussi > Les microplastiques à l’assaut de la banquise de l’Arctique

Citant une étude menée par l’Université de Tasmanie en Australie, BRUT précise que la matière souple de ces ballons est particulièrement dangereuse pour les oiseaux marins. Sur 1733 oiseaux retrouvés morts, « près de 20% ayant ingéré des fragments de ballons sont décédés », souligne la vidéo. Les ballons de baudruche apparaissant ainsi « 32 fois plus susceptibles de provoquer la mort que les débris de plastique rigide ».

Afin de limiter les dégâts, certaines villes du Royaume-Uni, des États-Unis et d’Australie ont pris la décision d’interdire le lâcher de ballons. En guise d’alternative, d’autres proposent des ballons 100% biodégradables, fabriqués à partir de latex naturel et coloré avec des pigments organiques.

CIM Internet