Paris Match Belgique

Jumbo, ou le destin tragique de l’éléphant star qui a inspiré Dumbo

jumbo elephant dumbo

Jumbo et son gardien Matthew Scott en 1882. | © Wikimedia Commons.

Environnement & Animaux

Au nom du divertissement de l’espèce humaine, un éléphant d’Afrique du 19ème siècle a été maltraité durant une bonne partie de sa vie. Inspiration du Dumbo de Walt Disney, dont le remake sort ce mercredi, l’histoire de Jumbo crève le coeur, et nous rappelle que la cruauté animale n’a pas lieu d’être.

Tout le monde se pressait pour découvrir la géante créature adulée, qui apportait son lot de joie aux enfants dans un zoo de Londres ou dans une fastueuse tournée d’un cirque nord-américain. Le destin de Jumbo, cet éléphant devenu star et qui fut le martyr des hommes, a inspiré le personnage de Dumbo, dont le grand Tim Burton s’est emparé pour en livrer un remake qui sort dans les salles demain. La « vraie » histoire de Jumbo, elle, commence en Éthiopie en 1960, comme nous l’explique, notamment, France Culture.

Lire aussi > Tim Burton dévoile la toute première bande-annonce de Dumbo

Capturé dès son plus jeune âge

En 1961, dans les plaines de l’ancienne Abyssinie, des chasseurs soudanais capturent l’éléphanteau après avoir tué sa mère sous ses yeux. À ce moment-là, l’animal ne fait encore qu’un mètre et est acheté par un marchand d’animaux, Johann Schmidt. Y voyant une belle opportunité, il envoie le pachyderme pour une jolie somme au Jardin des Plantes à Paris. En 1965, Jumbo, en mauvaise santé, est échangé avec la Royal Zoological Society de Londres.

jumbo elephant
En 1882. © Wikimedia Commons.

Commence alors l’histoire entre Matthew Scott, le gardien du zoo londonien, et Jumbo (c’est là qu’on l’affuble de ce surnom), qu’il voit comme un trésor national. Jumbo grandit vite, mange beaucoup, et sucite un engouement sans pareil. Il cumule près de 4 m de haut et devient la coqueluche de milliers d’enfants, dont paraît-il Winston Churchill, Theodore Roosevelt et les enfants de la reine Victoria.

Assommé avec de l’alcool pour le rendre plus docile

À l’aube de la maturité sexuelle, l’éléphant devient de plus en plus sauvage et le contrôler devient de plus en plus difficile. La maltraitance commence … pour rendre l’animal plus docile. Claustrophobe, car enfermé dans des espaces trop petits pour sa taille. Il est attaqué par les rats et ses défenses sont tronquées. Matthew Scott « shoote » la bête au scotch et à la bière. Il est même envisagé de l’abattre. Après 17 ans de bons et tristes services, Jumbo est vendu à l’entreprise de cirque américaine P.T. Barnum pour un futur show monstrueux.

elephant jumbo dumbo
L’affiche du spectacle de cirque de P.T. Barnum. © Wikimedia Commons.

Des voyages incessants qui causeront sa perte

Le plus grand éléphant en captivité arrive aux États-Unis après un scandale national au Royaume-Uni et une traversée de l’Atlantique des plus houleuses. Il arrive à New York en 1882 et son arrivée est à la hauteur de sa réputation, des foules entières venant l’accueillir au grand Hippodrome, sorte de Madison Square Garden d’antan. Après spet mois passés à divertir les New yorkais, l’animal part en tournée avec le « Greatest Show on Earth », cirque des plus fastueux. Le voyage incessant aux quatre coins des États-Unis causera sa perte.

Lire aussi > Naissance d’un éléphanteau d’Asie à Pairi Daiza [VIDÉO]

Il est l’attraction phare et sa renommée est mondiale et grâce à lui, Barnum crée le spectacle de cirque le plus lucratif de tous les temps avec 20 millions de spectateurs. À partir de 1883, la santé de Jumbo commence à décliner et il meurt le 15 septembre, heurté par un train au Canada. Des zones d’ombres persistent quant aux circonstances réelles de sa mort. Certains parlent de mise en scène de Barnum, pour éviter toute polémique concernant la cruauté animale.

jumbo elephant
Jumbo quelques temps après sa mort, en 1885. © Wikimedia Commons.

Après sa mort, le squelette de Jumbo circule lucrativement 2 ans avec le cirque, avant d’être donné au musée d’histoire naturelle de New York. Le cœur du pachyderme est vendu à une université en 1889. Même ses cendres sont conservées dans un bocal. Et son culte bien présent. En 1985, le Canada érige une statue grandeur nature  pour commémorer le centenaire de sa mort. Et on ne compte plus les objets dérivés, les contes, films et chansons qui lui sont consacrés.

CIM Internet