Le son flippant et alarmant capté par l’apnéiste Guillaume Néry depuis l’océan

Le son flippant et alarmant capté par l’apnéiste Guillaume Néry depuis l’océan

guillaume nery

Guillaume Néry, en 2015. | © AFP PHOTO / BORIS HORVAT

Environnement & Animaux

Capturé par le champion d’apnée Guillaume Néry, le son émanant des profondeurs de l’océan a fait frissonner plus d’un internaute.

 

Ceux qui l’ont entendu en ont peut-être fait des cauchemars. Capturé par l’apnéiste français Guillaume Néry, un « étrange son » entendu dans l’après-midi du 2 avril a suscité l’émoi sur Twitter. « Jamais entendu ça. Une idée de ce que ça pourrait être ? », a écrit le champion du monde d’apnée. En quelques heures, des centaines d’internautes ont tenté d’identifier ce bruit mystérieux émanant des profondeurs. Une baleine ? Une carcasse de bateau qui se plie ? Les dragons de Game of Thrones ?

Vue plus de 300 000 fois et partagée massivement sur les réseaux, la vidéo a intrigué de nombreux twittos qui n’ont pas hésité à laisser libre cours à leur imagination, en proposant plusieurs réponses à cette surprenante publication. Un jour (et quelque 450 commentaires plus tard), le sportif multi-médaillé a finalement révélé l’origine de ce son inédit. Et la réponse fait froid dans le dos.


Lire aussi > Sea Shepherd désemparé face aux baleiniers japonais

Cri de détresse

Ce jeudi, la star des profondeurs a mis fin au suspense. « Le son étrange que j’ai posté hier, c’est en réalité un SOS envoyé par l’océan. Ne restons pas sourd à son appel de détresse ! », a-t-il tweeté en partageant une nouvelle vidéo aux premières images glaçantes. À l’origine du son, les militants de Sea Shepherd qui – avec la complicité du plongeur français – ont imaginé à quoi ressemblerait le cri de l’océan en détresse. Pour ce faire, l’organisation écologiste qui lutte pour la protection des écosystèmes marins a compilé 30 sons différents d’animaux à l’agonie. « Nous avons ensuite construit une balise pour diffuser ce son sous l’eau », explique la vidéo, qui précise que la balise a été placée près des côtes françaises « pour que le son soit enfin entendu par l’Homme ». « Il est grand temps d’écouter la détresse de l’océan », conclut l’ONG qui craint une disparition des poissons d’ici à 2048, si rien n’est fait.

CIM Internet