Paris Match Belgique

La Norvège dit stop aux élevages d’animaux pour leur fourrure

renard, fourrure

Les renards sont très prisés pour leur fourrure. | © Unsplash/Ray Hennessy

Environnement & Animaux

Un projet de loi interdisant les élevages d’animaux à fourrure d’ici 2025 a été envoyé au Parlement.

Le gouvernement norvégien a présenté mercredi un texte visant à l’interdiction d’ici à 2025 des élevages d’animaux à fourrure, moyennant des indemnisations financières qui ont laissé les éleveurs sur leur faim. Le projet de loi envoyé au Parlement interdit la possession, après février 2025, d’animaux voués à être tués « en vue d’une vente ou d’une quelconque autre utilisation de leur fourrure ».

Cette interdiction résulte d’un accord politique conclu en janvier 2018 lorsque le gouvernement de droite s’était élargi au petit Parti libéral qui réclamait une telle mesure. Si le secteur s’était fait à l’idée d’un démantèlement progressif, il a dénoncé le niveau d’indemnisation financière des éleveurs, y voyant une « trahison historique ».

Lire aussi > En Belgique, de plus en plus de commerces disent « non » à la fourrure

Des éleveurs inquiets

« On nous propose quelques couronnes qui sont loin de réparer le démantèlement programmé des élevages », a déclaré à l’AFP Guri Wormdahl, porte-parole de l’organisation Norges Pelsdyralslag représentant les professionnels. « Tel que cela a été ficelé, cela va mener des éleveurs tout droit à la faillite », a-t-elle fait valoir.

Le gouvernement estime à environ 500 millions de couronnes (52 millions d’euros) la somme à verser aux éleveurs au titre du démantèlement ou de la reconversion de leurs activités.

Selon Norges Pelsdyralslag, l’élevage d’animaux à fourrure emploie quelque 500 personnes pour un chiffre d’affaires annuel de 300 millions de couronnes en Norvège. Le pays scandinave représente aujourd’hui environ 1% de la production mondiale de peau de vison et entre 2 et 3% de la production de peau de renard.

Lire aussi > Quand la fourrure de luxe révèle ses terribles dessous

Avec AFP

CIM Internet