Paris Match Belgique

Écouter de la musique en streaming produit beaucoup (trop) de gaz à effet de serre

musique streaming

Image d'illustration. | © Unsplash / Tim Umphreys.

Environnement & Animaux

Les Spotify, Deezer et autres Apple Music ont produit entre 200 et 250 millions de kg de gaz à effet de serre en 2016. Un triste record qui ne concerne que les États-Unis.

Les disques ont presque tous disparu au profit des plateformes de streaming comme Spotify et Apple Music, qui se livrent d’ailleurs une guerre sans merci pour trôner tout en haut de la musique mondiale. Mais ces transformations de nos habitudes ont-t-elles eu un impact réellement positif sur l’écologie ? Pas tant que ça, nous a appris Pitchfork en ce début de semaine. On pourrait penser qu’opter pour les plateformes de streaming est un geste écoresponsable, mais non. Dans un sens, cela permet de limiter les déchets, notamment plastiques. Comme nous le dit Pitchfork, à l’âge d’or des CD en 2000, 61 millions de kilogrammes de plastiques ont été utilisés pour leur fabrication. En 2016, ce chiffre tombe à 8 millions de kilogrammes.

Lire aussi > Bloquer des artistes sur Spotify, maintenant c’est possible

compact disc
Le bon vieux disque était-il moins polluant ? © Flickr Creative Commons / Nick Southall.

Mais un autre facteur de pollution est venu remplacer l’utilisation de ces matières premières. Toutes les musiques proposées sur les plateformes de streaming sont en effet stockées sur des serveurs très gourmands en énergie. D’après une équipe de chercheurs de l’université d’Oslo, ces serveurs rendent la musique en ligne plus nocive pour l’environnement que les supports physiques.

Deux fois plus de rejet de gaz à effet de serre

Pour établir une comparaison entre les deux industries, les scientifiques ont traduit en gaz à effet de serre la production de plastique (pour la fabrication des CD) et la production d’électricité (pour le stockage des fichiers audio).

Lire aussi > La playlist Spotify qui peut vous sauver la vie

Alors que 157 millions de kilogrammes de gaz à effet de serre ont été générés en 2000 à l’époque des CD, entre 200 et 350 millions de kilogrammes ont été engendrés en 2016 à cause du stockage des fichiers numériques. Et ce, seulement aux États-Unis. Les chercheurs tirent donc la sonnette d’alarme mais sans pour autant évoquer d’alternative plus « propre ».

CIM Internet