Paris Match Belgique

Comment les pays riches profitent du réchauffement climatique

réchauffement climatique

Image d'illustration. | © Unsplash/Bob Blob

Environnement & Animaux

Le réchauffement climatique a aggravé l’inégalité économique mondiale. Alors que les pays pauvres souffrent, les pays riches eux s’enrichissent…

Le réchauffement climatique rend plus pauvres les pays pauvres et plus riches les pays riches. C’est ce qui ressort en tout cas d’une étude de l’Université de Stanford, en Californie. Les chercheurs ont montré que l’augmentation de la température moyenne à la surface de la Terre a aggravé les inégalités économiques dans le monde depuis les années 60. « Notre étude montre que la plupart des pays pauvres sur Terre sont considérablement plus pauvres qu’ils ne l’auraient été sans le réchauffement climatique. Dans le même temps, la plupart des pays riches sont plus riches qu’ils ne l’auraient été », résume le climatologue Noah Diffenbaugh dans un communiqué repéré par Usbek et Rica.

Pour arriver à une telle conclusion, les chercheurs ont utilisé les résultats d’études précédentes pour analyser l’évolution des températures et l’évolution du produit intérieur brut (PIB) dans 165 pays. Ils sont partis d’un constat qu’il existe une température idéale, à la fois pour la productivité de l’agriculture, pour la santé humaine et la productivité au travail. Avec l’augmentation de la température partout dans le monde, les pays froids s’en rapprochent et donc, gagnent en richesses, tandis que les pays qui étaient déjà chauds se sont éloignés de cet idéal et se sont donc appauvris.

Lire aussi > Quand le réchauffement climatique profite à certains animaux

Fossé terrible

L’étude révèle qu’entre 1961 et 2010, le réchauffement climatique a ainsi diminué de 17 à 30 % la richesse par personne dans les pays les plus pauvres. Les chiffres des pays les plus touchés sont terribles : Soudan (-36%), Inde (-31%) ou encore Nigéria (-29%). À l’inverse, la richesse par habitant de la Norvège a augmenté de 34 % de plus entre ces deux dates, celle du Canada de 32 % et celle de la Suède de 25%. Ces inégalités de richesse par habitant entre pays pauvres et pays riches sont de 25% plus élevées qu’elles ne l’auraient été sans le réchauffement climatique.

réchauffement climatique
La sécheresse vu du ciel en Honduras. © ORLANDO SIERRA / AFP

« Pour la plupart des pays, il est à peu près certain que le réchauffement climatique a aidé ou nui à la croissance économique », assure le co-auteur de l’étude, Marshall Burke. Les pays tropicaux, en particulier, ont tendance à avoir des températures très éloignées de l’idéal. « Il n’y a pratiquement aucune incertitude quant au fait qu’ils ont été blessés. » Burke et son équipe démontrent également que, pour les pays plus tempérés, le climat a un impact plus faible sur l’évolution économique. Ainsi, les trois pays les plus riches, Chine, États-Unis et Japon, présentent un impact mineur (-1.4%, -0.2%, -1.1%, respectivement). Mais cela ne veut pas pour autant dire que c’est une bonne nouvelle, prévient Marshall Burke. « Quelques-unes des plus grosses économies sont proches de la température parfaite pour les rendements économiques. Le réchauffement climatique ne les a pas fait tomber de ce point optimum et dans de nombreux cas les en a même rapproché. Mais un réchauffement important à l’avenir les éloignera de plus en plus de la température optimale ». 

Lire aussi > Les arbres, « notre arme la plus puissante » dans la lutte contre le réchauffement climatique

Les pollueurs tirent le gros lot

Ces résultats sont bien tristes, puisque les pays victimes du réchauffement climatique, comme le Soudan, sont les pays qui polluent le moins, tandis que ceux qui se sont industrialisés tôt, en émettant énormément de gaz à effet de serre à cause des énergies fossiles, profitent le plus de la situation. Face à ces observations, les scientifiques soulignent l’importance d’accroître l’accès à l’énergie durable pour le développement économique des pays les plus pauvres. « Plus ces pays se réchaufferont, plus leur développement sera ralenti », affirme Noah Diffenbaugh. « Historiquement, le développement économique rapide a été alimenté par les combustibles fossiles. Notre constat que le réchauffement climatique a exacerbé les inégalités économiques suggère qu’il existe un avantage économique supplémentaire lié aux sources d’énergie qui ne contribuent pas à un réchauffement supplémentaire. »

Les chercheurs appellent également à une solidarité Nord-Sud, qui peine toujours égoïstement à émerger. Il est pourtant avéré depuis de nombreuses années que les pays pauvres subiront les lourdes conséquences d’un dérèglement climatique provoqué par les pays riches. Usbek et Rica rappellent en effet que les États-Unis et l’Union européenne totalisent plus de la moitié du total des rejets de CO2 entre 1850 et 2007.

CIM Internet