Paris Match Belgique

Les sacs plastiques biodégradables ne le sont pas vraiment

plastique, biodegradable

Image d'illustration. | © Daniel Teixeira / Agencia Estado / AE

Environnement & Animaux

Les sacs plastiques « biodégradables » le sont-ils vraiment ? D’après une nouvelle étude, ils seraient toujours aussi résistants au bout de trois ans.

 

Depuis quelques années, les sacs réutilisables ont remplacé les sacs plastiques dans notre quotidien. Dans certains magasins, des sacs plastiques sont encore proposés aux clients, des sacs « biodégradables »… mais le sont-ils vraiment ?

Plusieurs chercheurs de l’Université de Plymouth ont décidé de comparer la dégradation de cinq types de sacs différents, dans différentes conditions. Certains sacs ont ainsi été mis dans l’eau de mer, d’autres sont restés à l’air libres, et d’autres ont été enfouis dans la terre. Au bout de trois ans, aucun des sacs ne s’est totalement décomposé dans les trois cas de figure.

Lire aussi > Australie : En trois mois, la consommation de sacs en plastique a chuté de 80 %

Le sac fait à partir de matières compostables est celui qui se décompose le mieux. En effet, après trois mois, il avait tout simplement disparu dans l’eau de mer. Cependant, les chercheurs restent prudents et préviennent qu’il faudra une étude plus approfondie afin d’évaluer les potentiels impacts environnementaux.

Après 3 ans, les sacs plastiques « biodégradables » qui ont été dans la terre et dans l’eau arrivent toujours à supporter le poids de courses. Le sac compostable enfoui sous terre était toujours présent, mais il s’est quant à lui déchiré sous le poids des courses.

« Enfouir n’est pas faire du compost »

Face à ce constat, les chercheurs sont inquiets. Imogen Napper, une des chercheurs de l’étude, explique son étonnement « que n’importe lequel de ces sacs puisse encore contenir un chargement de courses » après trois ans, d’autant plus pour celui biodégradable. « Lorsque vous voyez quelque chose étiqueté de cette façon, je pense que vous supposez automatiquement qu’il se dégradera plus rapidement que les sacs conventionnels. Mais, après au moins trois ans, nos recherches montrent que ce n’est peut-être pas le cas » continue-t-elle.

Les chercheurs continuent en expliquant l’importance de créer des infrastructures dédiées pour ce type de compostage, et que « enfouir n’est pas faire du compost ». Certains facteurs, comme les microbes, l’oxygène, ou la pourriture aideraient à la décomposition de ces sacs. Le chef de l’étude, le professeur Richard Thompson, partage son inquiétude : « Je suis préoccupé par le fait que ces nouveaux matériaux présentent également des défis en matière de recyclage ».

Lire aussi > Comment vivre sans plastique ? 12 réponses pratiques

Une solution pour éviter les sacs plastiques : ne pas en utiliser du tout. Penser à prendre des sacs réutilisables pour faire ses courses reste la meilleure solution.

CIM Internet