Enfin une solution à l’enfer des poussins broyés

Enfin une solution à l’enfer des poussins broyés

poussins

Chaque année, 50 millions de poussins sont broyés en Allemagne. | © Elliot Banks/Unsplash

Environnement & Animaux

Une technologie allemande fourni des œufs « broyage free » dans une ferme-pilote en France. Objectif : éviter la naissance de poussins mâles pour éviter de devoir s’en débarasser par la suite.

En Allemagne, 50 millions de poussins sont broyés vivants chaque année. La raison ? Ce sont des mâles. Et dans la filière des poules pondeuses, on n’a pas besoin des mâles. Sauf que lorsque les poules pondent, elles ont à peu près autant de chance de voir éclore un mâle qu’une femelle et qu’il n’y a aucune raison pour que les éleveurs gardent les poussins mâles et les nourissent s’ils ne pondent pas. Résultat, lorsqu’ils naissent et que l’on se rend compte qu’il ne pondera pas, on s’en débarasse, en général, en les broyant vivants. Mais cela, c’était avant. Car en Allemagne, plusieurs équipes de scientifiques travaillent pour trouver une solution à l’abattage massif de poussins de sexe masculin. Le professeur en chimie analytique Gerald Steiner et son équipe, de la clinique universitaire de Dresde, ont mis au point une technique basée sur la spectroscopie (utilisée notamment pour identifier des tumeurs) qui permet de déterminer le sexe du poussin à l’intérieur de la coquille avant sa naissance. Récemment, la start-up Seleggt a elle-aussi mis au point une technique mais basée celle-ci sur une analyse endocrinologique.

Lire aussi > Animal Rights diffuse de nouvelles images en caméra cachée de maltraitance envers des poussins

Une technologie allemande

Seleggt a développé une technologie qui permet de connaître le sexe du poussin dès le neuvième jour d’incubation, explique Libération. Un petit trou est creusé dans chaque œuf afin de prélever une goutte du liquide qui se trouve à l’intérieur. Celle-ci est alors mise en contact avec un principe réactif qui indique s’il s’agit d’un œuf contenant un poussin mâle ou femelle. « La membrane de l’œuf se reconstitue en quelques heures », expliquent nos confrères. Il est dès lors possible de ne garder que les animaux de sexe féminin et de se débarasser des autres avant qu’ils ne naissent. À la recherche d’un moindre mal. En France, une ferme-pilote, Poulehouse, dans le Limousin, a reçu en avril un millier de futures poules pondeuses sélectionnées grâce à cette technique. Elles devraient pondre leurs premiers œufs dès le mois de septembre. Elle sera la première ferme en France à proposer des œufs qui, pour être produits, n’ont dû broyer aucun poussin.

Les différents acteurs de cette nouvelle technologie qui s’installe enfin concrètement sur le terrain démontrent ainsi que le broyage des poussins peut être évité. « La société Seleggt propose d’installer gratuitement sa technologie dans les couvoirs français intéressés. En contrepartie, elle se rémunère sur l’apposition de son logo Respeggt », explique Laurène Jacquet, responsable du pôle campagne chez Welfarm à Libération. Car pour le moment, afin d’avoir des poussins issus de ce procédé, la ferme doit se fournir aux Pays-Bas. Il reste donc à développer l’installation de ces technologies dans les couvoirs belges et français.

Mots-clés:
oeufs poules poussin
CIM Internet