Paris Match Belgique

Les troncs d’arbres nous permettent d’en savoir plus sur le réchauffement climatique

Réchauffement climatique, arbres

Les cernes des arbres donnent des informations concernant les températures, les vents et les feux du passé. | © Pixabay

Environnement & Animaux

Un laboratoire américain a analysé plus de 600 arbres afin d’en savoir plus sur les changements climatiques d’aujourd’hui et du passé.

 

À travers un long reportage, le New York Times révèle le potentiel méconnu des arbres. Dans leur tronc se cachent des secrets bien gardés concernant la météo, le climat, et d’autres informations du passé. Les scientifiques ont commencé à enregistrer les événements météorologiques uniquement à la fin du 19e siècle, laissant planer le mystère sur les conditions climatiques plus anciennes. L’analyse du bois permet de combler cette faille et de découvrir des informations que la communauté scientifique ne pensait plus pouvoir connaître.

Les cernes des arbres permettent de combler cette lacune. Chaque année, les arbres vieillissent et un nouvel anneau de bois se crée autour du tronc. Dans cet anneau, le New York Times explique que l’on peut trouver des informations concernant les précipitations, les feux ou la température de l’année écoulée.

Lire aussi > Le corail en Australie perd ses couleurs, victime du réchauffement climatique

L’impact de l’activité humaine

Une équipe menée par Valerie Trouet a analysé plus de 400 arbres dans les Balkans et 200 arbres en Écosse. Pour effectuer cette étude, pas besoin de couper les arbres : des trous sont effectués afin de prélever des échantillons. Le docteur Trouet explique que le fait que le jet stream soit devenu plus variable au cours de ces dernières décennies suggère que ce changement est une conséquence des activités humaines. « La récente augmentation de variances est sans précédent depuis 300 ans » déclare-t-elle. « Ces données aident la modélisation du changement climatique à devenir plus fiable. »

Les différentes études effectuées par ce laboratoire ont permis de constater des conditions climatiques anormales ces dernières années. Depuis 20 ans, le fleuve du Colorado connaît une sécheresse sans précédent, la plus longue depuis la période médiévale. Ces recherches sont donc cruciales pour montrer « à quel point le climat du dernier demi-siècle est loin des normes historiques millénaires » déclare le New York Times.

Valerie Trouet travaille dans le laboratoire de recherche sur les cernes d’arbres de l’Université de l’Arizona. Ce laboratoire est un des pionniers, créé dans les années 1930. Depuis, des dizaines de grands laboratoires se sont également créés dans le monde, permettant de collecter des données venant de plus de 4 000 sites. Au-delà du climat, ces analyses permettent également d’obtenir plus d’informations sur les écosystèmes et les civilisations humaines du passé.

CIM Internet