Paris Match Belgique

Pendant ce temps-là, Greenpeace organise un concert au pôle Nord

Pole norde

Le pôle Nord compte 230 000 km² de banquise en moins que lors du record précédent établi avril 2016. | © Marcus Löfvenberg/Unsplash

Environnement & Animaux

Quatre musiciens ont donné un concert sous -12°C pour sensibiliser au besoin de créer des réserves marines.

Un groupe de musiciens a enregistré le 2 mai en partenariat avec Greenpeace un concert glacé sur la banquise du pôle Nord, a annoncé mercredi l’organisation de défense de l’environnement. Sous -12°C, le quatuor a fait tinter carillons, cors, percussions et violoncelle de glace pour souligner l’urgence à protéger les océans. L’enregistrement en Arctique de ce morceau de trois minutes, intitulé « Ocean Memories », vise à « souligner le besoin immédiat de créer des réserves marines non seulement pour le pôle Nord, mais pour la planète entière », explique Halvard Raavand, chargé de mission pour Greenpeace.

Lire aussi > L’incroyable voyage en avion de deux baleines à travers le monde

Les gouvernements négocient actuellement aux Nations unies un traité mondial sur les océans qui pourrait ouvrir la voie à la création d’un réseau de réserves marines. Ce traité doit mener à la protection d’au moins 30% des océans d’ici 2030. L’objectif est notamment de fournir un cadre juridique pour la protection des eaux internationales, rendant possible la création d’aires marines protégées, ou réserves marines, exemptes d’activités humaines nuisibles. « Cette protection est urgente : en avril de cette année, la température moyenne était de 8°C au-dessus de la normale en Arctique », provoquant « une perte de glace record ». Le pôle Nord compte ainsi 230 000 km² de banquise en moins que lors du record précédent établi avril 2016.

La pétition lancée par Greenpace pour exiger à l’Onu la création de réserves marines et une meilleure protection des océans a recueilli plus de 450 000 signatures, sur les 550 000 attendues. « Changement climatique, plastique, industrie minière et surpêche: les menaces qui pèsent sur nos océans s’intensifient de jour en jour », conclut l’organisation. Les ministres Marie Christine Marghem et Philippe De Backer, respectivement en charge de l’Environnement et de la Mer du Nord, ont ratifié la déclaration de Bruxelles, apportant le soutien de la Belgique au traité qui doit être voté en dernière phase au printemps 2020.

CIM Internet