Pour protéger son environnement, la Nouvelle-Zélande taxera les touristes

Pour protéger son environnement, la Nouvelle-Zélande taxera les touristes

nouvelle zélande

L'Aoraki/mont Cook est le point culminant de la Nouvelle-Zélande. | © Pixabay / Kewl

Environnement & Animaux

Cette nouvelle mesure devrait être effective dès le mois d’octobre.

 

La Nouvelle-Zélande a annoncé jeudi son intention d’introduire une taxe d’entrée visant les touristes dès le mois d’octobre, dans une tentative de concilier l’explosion de l’industrie touristique tout en protégeant ce qui attire les visiteurs, sa nature intacte.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Alluring_water 🌊 (@alluring_water) on

Le ministre du Tourisme de la Nouvelle-Zélande s’est associé au ministre de l’Environnement pour présenter une nouvelle stratégie touristique. « L’héritage naturel et culturel de la Nouvelle-Zélande est au coeur de notre industrie du tourisme et de notre identité nationale », a indiqué la ministre Eugenie Sage. « Nous devons établir une industrie de tourisme durable qui protège et chérit cet héritage pour les générations futures », a-t-elle affirmé.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Cool Space on Earth (@cool_space__) on

À partir du mois d’octobre, le pays d’Océanie va exiger 35 dollars néozélandais (20 euros) comme taxe d’entrée pour les touristes arrivant dans le pays. Il est estimé que cette contribution pourrait générer 80 millions de dollars néo-zélandais (46 millions d’euros) à réinvestir dans l’environnement et l’infrastructure de sorte à faire face au nombre croissant de visiteurs.

Lire aussi > 10 joyaux menacés par le tourisme de masse

Presque 4 millions de touristes en 2018

Le pays de 4,9 millions d’habitants a accueilli 3,8 de touristes étrangers en 2018, et il est attendu que 5 millions se présentent en 2025. Toutefois, au cours des années passées les résidents et les visiteurs se sont plaints du nombre insuffisant de toilettes, place de parking et d’autres infrastructures dans les lieux très populaires. « Alors que le nombre de visiteurs continue d’augmenter, nous devons faire en sorte que l’industrie touristique soit une partie de la solution à notre plus grand défi en matière de préservation de l’environnement, comme le changement climatique, l’impact des espèces invasives, de la perte d’habitat et de la dégradation », a ajouté Mme Sage.

Avec Belga

CIM Internet