Paris Match Belgique

Les images insoutenables du calvaire des chèvres cachemire

cachemire chèvres

Image d'illustration. | © FREDERIC J. BROWN / AFP

Environnement & Animaux

En Chine et en Mongolie, les chèvres sont maltraitées, brutalisées et dépouillées de leur précieux pelage destiné à la mode de luxe.

 

Après la laine mohair, c’est au tour du cachemire d’être dans le viseur des associations de défense animale. Un an après avoir filmé l’enfer des chèvres angora maltraitées dans les fermes sud-africaines, l’organisation de défense du bien-être animal Peta révèle de nouvelles images qui concernent désormais les chèvres cachemire.

Précieux pelage

Cruelles, les images capturées dans des élevages de Chine et de Mongolie sont insoutenables. On y voit plusieurs dizaines de chèvres maltraitées, brutalisées, dépouillées de leur précieux pelage destiné à la mode de luxe. « À elles deux, la Chine et la Mongolie produisent 90 % du cachemire mondial », indique l’association. « Les chèvres souffraient dans chacune des exploitations que les enquêteurs ont visitées dans ces pays. » Et leurs témoignages font froid dans le dos.

Lire aussi > Au Maroc, le cauchemar touristique des chèvres perchées

« Les ouvriers piétinaient des chèvres terrifiées et leur tordaient les membres afin de leur arracher les poils au moyen de peignes métalliques aiguisés », relaye l’antenne française de l’organisme. « Plus tard, elles se faisaient égorger dans des abattoirs où on les laissait ensuite agoniser. » Comme le précise l’un des éleveurs interrogés sur les lieux du massacre, la tonte – censée avoir lieu une fois par an – est particulièrement stressante pour les chèvres qui se retrouvent « privées de leur isolant naturel ». Celles « laissées avec des blessures sanglantes après qu’on leur ait enlevé le pelage ne reçoivent ni traitement anti-douleur ni soin vétérinaire », précise encore Peta.

Traitées comme du bétail

Une fois devenues « inutiles » à l’industrie du cachemire, les chèvres sont revendues pour leur viande et leur peau. Et le cauchemar continue. Après s’être infiltrés dans certains abattoirs chinois, Peta Asie témoignent de la violence avec laquelle les bêtes sont tuées. « Les enquêteurs ont vu des travailleurs frapper les animaux à la tête avec un marteau pour tenter de les assommer », déplore-t-on. Même constat en Mongolie où « des ouvriers ont été vus en train de traîner des chèvres par une patte jusqu’au lieu de la tuerie dans l’abattoir, avant de leur trancher la gorge sous les yeux des autres chèvres ».

Lire aussi > Les ânes d’Afrique, nouvelles victimes de la médecine chinoise

Si quelques marques de mode comme Asos ou H&M ont d’ores et déjà tiré une croix sur le cachemire, Peta exhorte la firme américaine Madwell d’interdire à son tour « cette matière obtenue avec tant de cruauté », notamment via une pétition en ligne. En Chine comme en Mongolie, « il n’existe aucune sanction contre la maltraitance des animaux dans les élevages producteurs de cachemire », regrette les défenseurs de la cause animale. « La meilleure façon d’aider ces chèvres et de refuser de soutenir la cruelle industrie du cachemire en n’achetant jamais rien qui soit en contienne. »

CIM Internet