Paris Match Belgique

Aux Philippines, des arbres contre un diplôme

philippines

La loi n'a pas encore été acceptée. | © Jacky Lo/Unsplash

Environnement & Animaux

La plantation d’une dizaine d’arbres deviendra bientôt une condition sine qua non pour les élèves des philippines s’ils veulent obtenir leur diplôme.

Cela ne vous était pas venu à l’idée ? Nous non plus. Pourtant les Philippines l’ont fait : les élèves de primaires et du supérieur des écoles du pays devront bientôt planter dix arbres pour remplir toutes les conditions afin d’obtenir leur diplôme. C’est en tout cas ce que prévoit le projet de « loi sur l’héritage de la remise des diplômes pour l’environnement » qui a été approuvé par la Chambre des représentants mais qui doit encore passer par l’étape du Sénat avant d’aller plus loin.

Lire aussi > Aux Philippines, le quotidien toxique des enfants fabricants de charbon

175 millions d’arbres par an

Depuis le siècle passé, la superficie des forêts aux Philippines est passée de 70% à 20% faisant de la déforestation l’un des problèmes environnementaux majeurs de ces milliers d’îles d’Asie. L’agriculture est l’un des facteurs ayant entraîné cette déforestation massive. On estime qu’entre 1934 et 1988, 9,8 millions d’hectares de forêts ont été perdus. Et pour inverser la tendance, pourquoi ne pas investir les plus jeunes dans le sauvetage de leur nature ?

arbres
175 millions d’arbres pourront être plantés chaque année. © Markus Spiske/Unsplash

Chaque année, 17,5 millions d’élèves de tous les degrés sont diplômés. Selon Forbes, 12 millions d’élèves sortent de l’école primaire chaque année. À leurs côtés, cinq millions sortent de l’enseignement secondaire tandis que 500 000 finissent leur parcours universitaire. Pour obtenir chaque diplôme il faudrait planter 10 arbres, ce qui revient à 175 millions d’arbres plantés chaque année. « Le système éducatif doit être un lieu de propagation de l’utilisation éthique et durable des ressources naturelles parmi les jeunes afin de garantir la culture d’une citoyenneté socialement responsable et consciente », explique le projet de loi, rédigé par Gary Alejano, rapporte Forbes.

Lire aussi > L’Aus­tra­lie va plan­ter un milliard d’arbres pour lutter contre le réchauf­fe­ment clima­tique

Mais pas question de planter n’importe quoi n’importe où. Si la loi passe, plusieurs conditions seront à respecter. Il faudra ainsi privilégier les espèces indigènes correspondant au climat et à la topographie de la région. La loi prévoit aussi que les arbres devront être plantés dans des mangroves et aires protégées, des domaines ancestraux, des réserves, des zones urbaines, des sites miniers ou d’autres terrains appropriés. Mais en ce qui concerne la mise en œuvre concrète du dispositif, c’est encore flou, évidemment. « Un certain nombre d’agences internes du gouvernement philippin aideront à la création de pépinières, à la production de plants, à l’identification, à la surveillance et à l’évaluation des sites, ainsi qu’à une assistance technique », rapportent nos collègues de Forbes.

Mots-clés:
écologie arbres diplôme
CIM Internet