Paris Match Belgique

Et si la prochaine solution écologique était de peindre son toit en blanc ?

maisons blanches

Dans le sud de l'Espagne, il est très fréquent de voir des villages entiers de maisons blanches, exemple ici de Casares. | © Unsplash / Francisco Moreno

Environnement & Animaux

C’est une solution étonnante qui permettrait pourtant d’avoir un impact très positif sur l’environnement : peindre le toit de sa maison en blanc.

 

Vous triez vos déchets, vous utilisez les transports en commun plutôt que la voiture, vous consommez les produits venants de producteurs locaux …, mais vous ne savez pas quoi faire d’autre ? Il se pourrait que repeindre le toit de votre maison en blanc soit la prochaine étape.

Ban Ki-moon, ancien secrétaire de l’ONU, déclarait à la BBC que peindre les toits des bâtiments en blanc permettrait de faire baisser de 30°C la température des toits, et de 7°C l’intérieur des immeubles. Le site français Slate, qui a relayé l’information, explique que la couleur blanche rejette une grande partie des rayons du soleil, ce qui permet d’emmagasiner moins de chaleur dans les constructions.

La BBC explique que Ban Ki-moon faisait en fait référence à un projet réalisé en 2017 où 3 000 toits ont été repeints à Ahmedabad City, dans l’est de l’Inde. Pouvant atteindre jusqu’à des températures de 50°C, ce système permettait une baisse de 30°C sur les toits, et de 3°C à 7°C à l’intérieur ; les mêmes chiffres rapportés par l’ancien secrétaire de l’ONU donc.

Lire aussi > Los Angeles peint ses routes en blanc pour lutter contre la chaleur

La solution du futur

Une autre étude californienne vient confirmer ces chiffres rapporte Slate. Un toit repeint de façon à refléter 80% de la lumière du soleil sera plus froid de 31°C par rapport à un toit lambda. Les États-Unis voient un réel potentiel dans cette solution. La ville de New York a déjà testé cette méthode sur un million de mètres carrés de toits qui ont été repeints en blanc. Ce changement aurait pour effet de baisser de 40% l’utilisation de climatiseurs, une méthode donc très efficace et très écologique quand on sait l’impact environnemental des climatisations.

Toujours selon l’article de la BBC, relayé par Slate, des scientifiques de Berkeley ont montré que l’usage mondial de cette technique permettrait de compenser les émissions de dioxyde de carbone de 300 millions d’automobiles roulant pendant 20 ans. Les experts ajoutent que c’est un moyen peu coûteux de « contribuer à l’effort international » et qu’il est désormais temps d’utiliser cette méthode.

Mots-clés:
écologie Toit blanc
CIM Internet