Paris Match Belgique

États-Unis : Un calamar géant filmé pour la première fois à 3000 mètres de profondeur

fonds marins

Image d'illustration. | © Unsplash / Jakub Dziubak.

Environnement & Animaux

Des images uniques d’une espèce dont on ne sait presque rien.

« Huit bras qui se tordent et deux tentacules tranchées. Il a le plus gros œil parmi tous les animaux que nous connaissons, un bec capable de déchirer la chair, un système de propulsion à réaction qui lui permet d’avancer et reculer, du sang bleu et trois cœurs ». Tels sont les mots de la chercheuse Edith Widder pour décrire l’animal digne d’un film de science-fiction. Pour la toute première fois, des cher­cheurs de la Natio­nal Ocea­nic and Atmos­phe­ric Admi­nis­tra­tion (NOOA) ont filmé un cala­mar géant, à une profon­deur de 759 mètres dans le golfe du Mexique, au sud-ouest de la Nouvelle-Orléans, nous apprend The Cut.

Lire aussi > Sous ecstasy, les pieuvres deviennent bien plus câlines

« C’est une forme de vie incroyable, incroyable, sur laquelle nous ne savons presque rien ».

Dans l’ima­gi­naire collec­tif, le cala­mar géant est perçu comme mons­trueux. Celui qui appa­raît sur les images mesu­re­rait envi­ron quatre mètres, et serait un jeune spéci­men. Après s’être appro­ché de ce qui lui semblait être de la nour­ri­ture, il recule promp­te­ment. « Pour les humains, ce cala­mar est une créa­ture immense et inha­bi­tuelle », précisent les cher­cheurs. « Mais ces images nous éclairent surtout sur son carac­tère. Surpris de s’être trompé, il s’en va rapi­de­ment. »

Lire aussi > Le mystérieux exode des pieuvres blanches au Pays de Galles

C’est la deuxième fois seule­ment qu’un cala­mar géant est filmé dans son habi­tat natu­rel. En 2012, des cher­cheurs japo­nais avaient enre­gis­tré la toute première vidéo de cette espèce, dans l’océan Paci­fique.

CIM Internet