Paris Match Belgique

Planter des arbres, la solution écologique pour faire face à la canicule

arbres

Image d'illustration. | © Unsplash/David Vig

Environnement & Animaux

L’association environnementale BOS+ demande au prochain gouvernement flamand d’œuvrer pour un verdissement à grande échelle des villes et des villages. 

La Belgique va suffoquer, avec des températures qui vont friser les 40 degrés. Face à cette nouvelle canicule, l’IRM a pour la première fois placé notre pays en code rouge. Appliqué à tout le pause, excepté à la Côte, depuis minuit la nuit dernière jusqu’à minuit samedi, ce code rouge implique plusieurs mises en garde et recommande certaines mesures comme boire beaucoup d’eau, maintenir un régime salé, du repos, séjourner dans une pièce refroidie ou encore utiliser des chiffons humides en cas de déshydratation.

Pour tenir le coup, chacun use de ses propres méthodes. Certains vont placer des bouteilles trouées remplies de glaçons derrière leur ventilateur, d’autres vont contacter un ami qui a une piscine dans son jardin. Mais pour l’association environnementale BOS+, il existe une solution infaillible : pour « améliorer, de manière écologique et responsable, nos conditions de vie » en période de canicule, il faudrait planter au moins six millions d’arbres sur le court terme.

Lire aussi > Les arbres, « notre arme la plus puissante » dans la lutte contre le réchauffement climatique

Jusqu’à 10°C de différence

Les arbres rafraîchissent l’atmosphère et peuvent faire baisser les températures de plusieurs degrés. Avec leur ombre et leur capacité à « transpirer de l’eau », les arbres rafraîchissent l’environnement, déclare l’organisation dans un communiqué de presse. C’est pourquoi l’association environnementale BOS+ demande au prochain gouvernement flamand d’œuvrer pour un verdissement à grande échelle des villes et des villages.

« Dans les zones résidentielles vertes, la température est maîtrisée. Mais là où il y a du béton, de la pierre et du bitume, la chaleur a tendance à s’accumuler et stagner pendant un certain temps, explique le directeur Bert De Somviele. Par conséquence, il peut y avoir une différence de 10 degrés Celsius entre les îlots de chaleur urbains et les zones plus vertes ».

Avec Belga

CIM Internet