Paris Match Belgique

Les trottinettes électriques ne sont pas si eco-friendly (et polluent plus que le bus)

trottinettes

Image d'illustration. | © Unsplash / Marek Rucinski.

Environnement & Animaux

Soyons francs : on s’en doutait un peu.

Si vous croyez qu’en « ridant » les petites machines qui pullulent dans nos villes vous faites du bien à la planète, vous allez être déçus. Largement utilisé comme argument marketing par les sociétés qui proposent une flotte de trottinettes électriques en libre-service, l’aspect environnemental de celles-ci vient de prendre un sacré coup. Trois chercheurs américains se sont effet penchés sur leur impact écologique et ont démontré que leur faible espérance de vie, couplée à un processus de fabrication assez lourd, en font des faux-amis environnementaux. Les transports en commun s’avèrent bien plus eco-friendly même si beaucoup moins « cool » et pratiques que la trottinette, qui n’en finit d’ailleurs plus de diviser les citadins.

Lire aussi > Les trottinettes électriques saoulent-elles déjà les Bruxellois ?

Les « juicers » pointés du doigt

L’étude de l’université de Caroline du Nord, repérée par Usbek & Rica, nous explique que le coût écologique d’une trottinette électrique en libre-service serait de 202 grammes de CO2 émis par passager et par mile (environ 0,6 kilomètre). C’est plus que pour un trajet en bus qui est évalué à 82 g de CO2. Évidemment, au moment de l’usage, il n’y a pas ou très peu d’émission de CO2. Mais, en ce qui concerne le processus de fabrication ou de transport, le résultat est très différent.

Pour mener l’étude, les chercheurs ont donc analysé l’ensemble du cycle de production / vie de la trottinette électrique : production des matériaux, fabrication, expédition, distribution, cycles de recharge … et ce dernier paramètre de la vie d’une trottinette est à bien des égards un problème de taille.  Les « juicers », autrement dit ceux qui patrouillent pour les recharger, sont bien souvent équipés de véhicules motorisés (voitures, camionnettes) pour les transporter vers leurs stations de charge. Et rechargent parfois des machines qui pourraient tenir encore une journée entière.

Pire, note Usbek et Rica, les dégradations qui touchent les trottinettes se font de plus en plus récurrentes et alourdissent leur empreinte écologique.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Update from Paris.

Une publication partagée par Bird Graveyard (@birdgraveyard) le


Selon une enquête de Quartz publiée en mars,  la durée de vie moyenne des engins serait de … 28,8 jours. Bonne nouvelle cependant, la trottinette reste largement plus écologique que la voiture. On estime ainsi que prendre une voiture pour un trajet en ville équivaut à 414 g de CO2 par mile.

Lire aussi > Respect the ride : La campagne de Lime pour améliorer la sécurité routière

Mais le meilleur moyen de locomotion hors transports en commun reste le vélo classique ou électrique. Un sondage cité dans l’étude explique que la trottinette électrique se substitue au vélo ou bien à la marche à pied dans plus de 50% des cas. La solution pourrait venir d’une législation plus contraignante pour les entreprises qui proposent des flottes en libre-accès.

CIM Internet