Paris Match Belgique

Une université londonienne bannit le boeuf pour préserver l’environnement

burgers université

Image d'illustration. | © Unsplash / Sander Dalhuisen.

Environnement & Animaux

Fini hamburgers, lasagnes et spaghettis à la bolognaise pour les étudiants de l’université Goldsmiths de Londres : la viande de bœuf y sera bannie afin de lutter contre le changement climatique.

 

Il n’y aura plus de steak à Gold­smith. Cet établis­se­ment de l’Uni­ver­sité de Londres a décidé de bannir le bœuf, dans le cadre de son enga­ge­ment à deve­nir neutre en carbone d’ici 2025, rappor­tait le quoti­dien britan­nique The Inde­pendent le 12 août.

Lire aussi > Bœuf, avocat, amandes : Ces aliments qui demandent un max d’eau pour être cultivés

D’après une étude récem­ment publiée par la revue Science, il faut reje­ter 105 kg de gaz à effet de serre pour produire 100 grammes de viande de bœuf, alors la même masse de tofu n’en engendre que 3,5 kg. C’est pourquoi, l’uni­ver­sité s’en­gage à reti­rer tous les produits conte­nants du bœuf de ses diffé­rents restau­rants et maga­sins, d’ici le mois de septembre.

« Une approche trop simpliste »

« Le person­nel ainsi que les étudiants se préoc­cupent énor­mé­ment de l’ave­nir de notre envi­ron­ne­ment », a déclaré Frances Corner, la direc­trice de Gold­smith. Dans la même optique, les étudiants devront payer une « amende » s’ils utilisent des bouteilles ou des gobe­lets en plas­tique à usage unique.

Le Syndicat national des agriculteurs (NFU) a dénoncé « une approche trop simpliste » de la part de Goldsmiths et encouragé les organismes privés ou publics, y compris les universités, à soutenir l’agriculture britannique et à s’approvisionner localement. « Le principal problème est le manque (…) de distinction entre le boeuf britannique et le boeuf produit ailleurs », a ajouté son vice-président Stuart Roberts.

Lire aussi > Pour limiter la crise climatique, il faut changer de système alimentaire (et réduire la consommation de viande)

Un rapport du Giec (groupe d’experts de l’ONU sur le climat), rendu public jeudi, souligne que modifier les habitudes de consommation et de production alimentaires est un des leviers pour agir contre le réchauffement climatique, sans pour autant préconiser de passer à un régime végétarien ou végétalien.

Avec Belga

CIM Internet