Paris Match Belgique

Une étrange mer de pierres volcaniques à la dérive sur l’océan

corail

Ces trente dernières années, la Grande barrière de corail a perdu la moitié de sa surface corallienne. | © Marek Okon/Unsplash

Environnement & Animaux

Un tapis de pierres volcaniques dérive sur l’océan en direction de l’Australie, et elles pourraient bien venir en aide à la Grande barrière de corail.

 

Les images d’une couche grisâtre flottant à perte de vue sur l’océan sont impressionnantes. Depuis le 9 août, cette masse de pierres ponces de la taille de Manhattan dérive sur l’eau en direction de l’Australie. D’après la NASA Earth Observatory, les pierres proviendraient de l’irruption d’un volcan situé au large de l’île de Tonga, située dans le Pacifique. Depuis, la masse de pierres dérive et se dirige vers l’Australie. Une aubaine pour la Grande barrière de corail puisque, d’après les experts, les pierres volcaniques pourraient charrier avec elles des organismes vivants qui parviendraient à recréer une partie de la vie marine perdue de la Grande barrière, rapporte CNN.

« C’était un peu un mystère, nous ne savions pas jusqu’à quelle profondeur cela allait, si nous naviguions au-dessus d’un volcan en activité à ce moment-là. On aurait presque dit qu’il y en avait plus qui apparaissaient du fond », a déclaré à CNN Larissa qui naviguait sur le catamaran ROAM quelques jours après le 9 août. Les pierres, remplies de trous, flottent comme des icebergs, avec seulement environ 10% de sa masse qui est visible au-dessus de l’eau. Certaines pierres avaient même la taille d’un ballon de basket.

Report of Volcanic Rubble Slick dangerous to vessels.Catamaran ROAM sailing to Fiji encountered volcanicrocks…

Publiée par Sail Surf ROAM sur Jeudi 15 août 2019

Lire aussi > Dwayne Johnson milite pour sauver un volcan sacré hawaïen et Twitter le supplie de se présenter en 2020

Des effets positifs sur la Grande barrière

La Grande barrière de corail, l’une des sept merveilles naturelles du monde, abrite le plus grand système corallien de la planète et une diversité impressionnante de flore et de faune. Mais depuis une trentaine d’années, elle a perdu la moitié de sa superficie à cause de la pollution et du réchauffement climatique, indique le WWF. Selon certains experts, cet amas représente une aubaine pour le récif. En effet, la mer de pierres poussée par les vents et les courants devrait atteindre le large australien dans les 7 à 10 mois. Les scientifiques estiment que les pierres volcaniques pourraient contenir des crabes et des coraux qui, s’ils atteignent la Grande barrière de corail, pourraient avec des effets positifs pour aider à reconstituer les micro-organismes qui s’y trouvent et qui sont détruits.

En 2012, une étude menée par Scott Bryan, professeur à la Queensland University of Technology et spécialisé en géologie et géochimie, mettait en évidence le rôle joué par ces pierres ponces qui remontent des entrailles de la terre (un phénomène qui se produit tous les cinq ans environ) et qui permettent de redistribuer la vie marine dans les océans. « Chaque morceau de pierre ponce est un véhicule qui permet à quelque chose de s’y attacher, de grandir et d’être transporté à travers l’océan », a déclaré Bryan à CNN. « Nous aurons des millions, voire des milliards d’individus appartenant à des dizaines d’espèces différentes qui arriveront tous en masse le long de notre littoral, tous en bonne santé et susceptibles de trouver un nouveau foyer. » Une bonne nouvelle, donc. Même si le risque d’y introduire de la même manière des espèces envahissantes n’est pas exclu.

CIM Internet