Paris Match Belgique

Au Portugal, des milliers de chèvres aident à lutter contre les incendies

chèvres

Les chèvres sont capables d'opérer dans n'importe quel relief, même les plus escarpés. | © Francisco LEONG / AFP

Environnement & Animaux

Ce projet pilote comptabilise 18 500 chèvres qui broutent les champs afin d’éviter la propagation des feux.

Quand on nous parle des feux de forêts, on pense en priorité aux pompiers… mais rarement (voire jamais) aux chèvres. Or un nouveau projet, se servant des chèvres pour éviter la propagation des flammes, a vu le jour en mars 2018 au Portugal. Le New York Times a même décidé d’effectuer un reportage sur ce projet pilote regroupant pas moins de 18 500 chèvres.

Le pays, régulièrement victime d’incendies, tente de trouver des solutions innovantes. Dans le cadre de ce nouveau projet lancé par le gouvernement portugais, les chèvres sont libres de se déplacer et de se nourrir de la végétation locale, composée principalement d’arbustes, de genêts ou de bruyères.

Lire aussi > La plus vieille forêt du Portugal renaît de ses cendres

Cette solution, très « naturelle et économique » comme le mentionne le New York Times, permet de laisser des zones totalement défrichées, et donc moins susceptibles de propager des incendies. Cette technique est d’autant plus efficace que ce travail est difficilement réalisable par les Hommes dans des reliefs qui peuvent être aussi bien montagneux, escarpés ou en plaine.

incendies
Fernando Moura et ses chèvres. © Francisco LEONG / AFP

Bien que les effets ne soient pas encore perceptibles (le projet s’étend sur 5 ans), la méthode devrait rapidement montrer son efficacité. Un berger confiait l’année dernière à l’AFP que l’augmentation du nombre d’incendies dans la région ces dernières années pouvait certainement provenir du manque d’animaux. « Autrefois, il n’y avait pas tous ces incendies. Il y avait des milliers d’animaux qui nettoyaient en broutant. Et des bergers comme moi, il y en avait des centaines », expliquait Fernando Moura.

Pour chaque hectare nettoyé, les agriculteurs touchent 25 €. Quoique insuffisant pour se constituer un salaire, cette rentrée d’argent est surtout l’occasion d’arrondir leur fin de mois.

CIM Internet