Paris Match Belgique

Les images terrifiantes du passage meurtrier de Dorian aux Bahamas

ouragan

Image satellite de l'ouragan. | © AFP

Environnement & Animaux

Aux Bahamas, l’ouragan Dorian a fait au moins cinq morts. Les images des dégâts publiées sur les réseaux sociaux témoignent de la violence de phénomène météorologique. 

 

L’ouragan Dorian continuait mardi de s’acharner sur les Bahamas, où il a fait au moins cinq morts, avec des vents d’une extrême violence, des vagues plus hautes que les toits de nombreuses maisons, et au moins 61 000 personnes ayant besoin d’aide alimentaire. Aux États-Unis, plusieurs millions de personnes en Floride, en Géorgie et en Caroline du Sud ont reçu l’ordre d’évacuer les côtes, que Dorian devrait frôler à partir de mardi soir.

La Floride a commencé à sentir les effets de Dorian avec de fortes pluies et de possibles tornades mardi, et le risque de crues subites et d’inondations va s’accroître, a averti tôt mardi le Centre national des ouragans américain (NHC). L’ouragan s’est affaibli dans la nuit et a été rétrogradé à la catégorie 3 par le NHC à 5h GMT mais devrait rester dangereux et les habitants des Bahamas ont reçu pour consigne de rester à l’abri. Il était passé lundi à 4 contre le niveau 5 maximum dimanche lorsqu’il a touché terre dans les îles Abacos dans le nord-est de l’archipel.

Un professeur filme la zone où est passé l’oeil de l’ouragan. « Totalement dévasté », écrit-il.

Mardi, il restait stationnaire, selon un dernier bulletin du NHC à 10h GMT, balayant l’île de Grand Bahama dans le nord-ouest de l’archipel avec des pluies torrentielles et des vents à 195 km/h avec des rafales d’une vitesse parfois supérieure. Il devrait se mouvoir vers le nord-ouest durant la nuit de mardi à mercredi.

Le Premier ministre des Bahamas, Hubert Minnis, a confirmé lundi la mort d’au moins cinq personnes dans les îles Abaco et évoqué une « tragédie historique » pour cet archipel des Caraïbes comprenant 700 îles au relief très plat, facilement submergé par les vagues de trois à six mètres de haut charriées par l’ouragan.

Une des îles Abaco où cinq personnes sont décédées.

Le ministre de l’Agriculture des Bahamas, Michael Pintard, était chez lui au moment où l’ouragan Dorian a frappé Grand Bahama. Il a filmé la scène.

Les autorités ont annoncé le début des opérations de secours « là où les conditions le permettent ».

« Nous sommes sous l’eau »

Un SMS envoyé par une habitante de Grand Bahama, que l’AFP a pu consulter, témoignait de la détresse des habitants pris au piège de cet interminable cataclysme : « Nous sommes sous l’eau. Est-ce que quelqu’un peut nous aider ou nous envoyer de l’aide? S’il vous plaît. Moi, mes six petits-enfants et mon fils sommes dans le grenier », écrivait cette habitante, Kendra Williams. Selon des témoignages sur les réseaux sociaux, le niveau de l’eau atteignait par endroits la hauteur des toits. Les vagues déchiquetaient le bois des habitations.

Un habitant filme depuis la fenêtre de sa maison.

Au moins 61 000 personnes auraient besoin d’aide alimentaire, a estimé mardi l’ONU qui s’apprête à participer à deux équipes d’évaluation aux Bahamas, notamment avec des experts du Programme alimentaire mondial (PAM). La Croix-Rouge avait estimé lundi que quelque 13 000 maisons pourraient avoir été endommagées ou détruites et que l’ouragan a causé des « dégâts considérables » dans les îles Abacos et Grand Bahama.

Après son passage dévastateur aux Bahamas, l’ouragan devrait longer les côtes américaines. Il « s’approchera dangereusement près de la côte est de la Floride de mardi soir à mercredi soir puis s’avancera dangereusement près des côtes de la Géorgie et de la Caroline du Sud mercredi soir et jeudi », selon le NHC.

Mots-clés:
Floride bahamas ouragan vent
CIM Internet