Paris Match Belgique

La déforestation en Amazonie affecte aussi son fleuve et « toute la biosphère »

amazonie

Photo de l'Amazone, fleuve le plus long au monde. | © Marcus Brandt / dpa

Environnement & Animaux

Des experts mettent en garde contre « une déstabilisation progressive du cycle de l’eau », due à la déforestation.

 

La forêt amazonienne n’est pas la seule à souffrir de la déforestation. Des experts internationaux, réunis cette semaine à Toulouse dans le sud de la France, lancent un signal d’alarme sur les conséquences de la déforestation sur l’Amazone, et  « toute la biosphère ». Concernant les feux rognant l’Amazonie depuis des semaines, « les conséquences ne sont pas encore mesurables », mais sur le plus long terme, « ce que l’on voit est une déstabilisation progressive du cycle de l’eau », détaille pour l’AFP Jean-Michel Martinez, directeur du Service national d’observation Hybam, une structure de coopération internationale de suivi scientifique de l’Amazone.

amazone
Vue aérienne de l’Amazone. © CHRISTOPHE SIMON / AFP

Or le « principal rôle de l’Amazone au niveau global est le maintien du cycle de l’eau ». Ses eaux, alimentées par l’évaporation, représentant 20% de toutes celles déversées dans les océans, relève-t-il. « Si on coupe progressivement la forêt, on enlève le moteur d’évaporation » alimentant le fleuve, et « on va déstabiliser complètement l’écosystème », met-il en garde, relevant une « forte accélération » de la déforestation ces derniers mois, après des années de stabilisation du phénomène.

Lire aussi > Incendies en Amazonie : Un moteur de recherche écolo bat des records

Un cercle vicieux qui amplifie la déforestation

À son tour, la modification du cycle de l’eau « crée un risque de perte de forêt tropicale » et intensifie les « événements extrêmes », crue et sécheresse, affectant le fleuve. Sur les six principales crues amazoniennes des 115 dernières années, quatre se sont ainsi produites cette dernière décennie, précise M. Martinez.

amazonie
Déforestation de la forêt amazonienne au Brésil. © CARLOS FABAL / AFP

Les mesures collectées depuis 15 ans par l’Hybam (pour Hydrologie du bassin amazonien) attestent aussi d’une pollution, notamment au chlore, du fleuve « qui n’existait pas auparavant, suite à l’extraction pétrolière et gazière dans son bassin ainsi qu’à l’orpaillage ». Selon des experts de l’Hybam – dont 150 réunis pour une semaine à Toulouse – cette pollution et le changement de qualité des eaux amazoniennes induit par la déforestation « pourraient être responsables en partie du réchauffement de l’océan atlantique et influencer la naissance de cyclones tropicaux », avance M. Martinez.

Lire aussi > Amazonie : Le chef indien Raoni veut le départ de Bolsonaro « le plus vite possible »

« Mais il ne faut pas se focaliser uniquement sur le Brésil », dont le président climatosceptique Jair Bolsonaro est sous forte pression internationale pour sa gestion des feux, car tous les pays du bassin sont concernés par l’augmentation de la déforestation, ajoute-t-il. Un sommet d’urgence sur l’Amazonie doit réunir vendredi six pays sud-américains en Colombie pour lancer un appel à la communauté internationale en vue de conserver et protéger cet écosystème primordial.

CIM Internet