Paris Match Belgique

Les scientifiques choqués par « les attaques de très bas niveau » à l’encontre de Greta Thunberg

greta thunberg

Un dessin de Greta Thunberg lors d'une marche "Fridays For Future" à Stockholm. | © Jonathan NACKSTRAND / AFP

Environnement & Animaux

Victime d’insultes et de théories du complot depuis plusieurs mois, Greta Thunberg peut compter sur le soutien des scientifiques dont le climatologue Jean-Pascal van Ypersele (UCLouvain), ancien vice-président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec).

Son discours passionné et poignant devant l’ONU a fait le tour du monde cette semaine. « Comment osez-vous ? Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses », lançait la jeune activiste au bord des larmes, accusant les leaders du monde entier d’inaction face au changement climatique. Applaudie par certains, Greta Thunberg suscite également, depuis plusieurs mois, une déferlante de haine. Mais qu’a bien pu faire cette jeune fille de 16 ans pour mériter ça ? Elle ose prendre la parole pour, finalement, ne répéter que les constatations des scientifiques qui, eux, la soutiennent. C’est le cas de Jean-Pascal van Ypersele, ancien vice-président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). « Je la soutiens à 200%, depuis plus d’un an. C’est une jeune fille surdouée. Ceux qui ont dit ou écrit qu’elle ne sait pas ce dont elle parle n’ont pas lu son exposé TedX de Stockholm. Elle connaît très bien les principaux concepts scientifiques, les enjeux », lance le climatologue, étonné de « ces théories du complot qui disent qu’elle est manipulée ».

Ceux qui ne partagent pas cela sont soit ignares, soit craignent simplement toute forme de changement.

« C’est vraiment elle qui s’exprime. Elle consulte de temps en temps quelques scientifiques – dont j’ai l’honneur de faire partie – pour vérifier un chiffre ou l’autre, ou un détail dans ce qu’elle dit, mais pour l’essentiel, elle se base sur les rapports du Giec et la littérature scientifique. Très solide. Ceux qui ne partagent pas cela sont soit ignares, soit craignent simplement toute forme de changement. Il est alors plus facile pour eux de semer la confusion. »

Lire aussi > Cette vieille photo de Greta Thunberg refait surface et bouleverse la toile

Suite à son discours à l’ONU, Greta Thunberg a été victime d’une avalanche de critiques et d’insultes. Ses détracteurs sont convaincus que son regard a quelque chose de démoniaque. Serait-elle leur sorcière moderne, qu’ils voudraient brûler sur un bûcher ? « Honnêtement, je ne comprends pas pourquoi des adultes choisissent de passer leur temps à se moquer et à menacer des adolescents et des enfants qui prônent la science, alors qu’ils pourraient faire quelque chose de bien à la place », avait-elle répondu à ses haters sur les réseaux sociaux.

van ypersele
Jean-Pascal van Ypersele. © BELGA PHOTO PAUL-HENRI VERLOOY

« C’est tout à fait choquant de voir les attaques de très bas niveau qui portent parfois sur son apparence ou ses interactions sociales », confie de son côté Jean-Pascal van Ypersele. « Elle ne cache pas être affectée par le syndrome d’Asperger qui rend ses relations sociales très difficiles. Je l’ai vue plusieurs fois de près, je sais que c’est très difficile pour elle d’être en contact avec une foule, ce qui est très étonnant quand on la voit si entourée ou parler à autant de gens. Après cela, elle est chaque fois très fatiguée. L’attaquer parce qu’elle montre parfois ses émotions, comme ce lundi aux Nations unies, c’est ne pas reconnaître son intelligence émotionnelle, qui est celle de beaucoup de jeunes ayant compris l’importance de la crise du climat et de la biodiversité.« 

Avec Belga

CIM Internet