Paris Match Belgique

La pollution de l’air pourrait provoquer des calvities

chauve

Image d'illustration. | © Pexels / Tim Gouw

Environnement & Animaux

La poussière ou les particules de carburant présentes dans l’air auraient un lien direct sur la perte de cheveux. Elles réduiraient le nombre de protéines responsables de la croissance et de la production des cheveux.

 

Une nouvelle étude montre que la pollution de l’air causerait la perte de cheveux. Pour la première fois, des scientifiques prouvent que l’exposition à la poussière et aux particules de carburant réduit le niveau de quatre protéines responsables de la croissance et de la production des cheveux. « Cela pourrait conduire à la calvitie », précisent les scientifiques.

L’étude montre également que l’effet négatif de la pollution augmentait en fonction de la quantité de particules dans l’air. Ainsi, les personnes vivant dans des villes ou proche d’installations industrielles ont plus de chances de devenir chauves.

Lire aussi > Chaque année, la pollution de l’air tue 7 millions de personnes dans le monde

De précédentes études ont déjà prouvé que la pollution de l’air augmentait le risque de cancer et des maladies cardiaques et pulmonaires, ainsi que des problèmes de dépression et d’infertilités. Cette étude, financée par une société de cosmétiques sud-coréenne, est la première à établir ce lien. Bien que les effets négatifs de la pollution soient connus sur la santé de manière générale, il y a encore peu d’informations concernant son impact sur la peau, ou les cheveux.

Les chercheurs ont exposé des cellules humaines à des particules fines de poussière ou de diesel. Ils ont constaté la diminution du niveau de bêta-caténine, une protéine impliquée dans la croissance et la production des cheveux. Trois autres protéines ayant les mêmes propriétés sont également affectées par la pollution de l’air.

sport
Il est préférable de faire du sport loin de toute source de pollution. © Unsplash / Brian Erickson

Des recherches à approfondir

Cependant, les scientifiques précisent que des recherches complémentaires sont nécessaires pour confirmer cet effet négatif. « La recherche a été effectuée dans un laboratoire et d’autres recherches doivent être entreprises pour comprendre à quelle vitesse cela affecte les personnes régulièrement exposées aux polluants dans leur vie quotidienne » précise le directeur de l’étude Hyuk Chul Kwok, dans des propos relevés par The Independent.

Lire aussi > Il existe une cartographie mondiale de la pollution atmosphérique

Cette recherche suggère qu’il serait préférable de passer moins de temps en extérieur si l’on souhaite éviter de perdre ses cheveux. « Bien qu’il soit difficile d’échapper à la pollution ambiante, limiter le temps de marche dans les rues bondées, en particulier aux heures de pointe, devrait contribuer à réduire l’exposition » conseille Hyuk Chul Kwok dans le Daily Mail. « Si vous faites de l’exercice en extérieur, essayez de le faire dans des endroits moins pollués et ne passez pas trop de temps à attendre aux points chauds de la circulation comme les feux de circulation. »

La recherche a été présentée au 28e Congrès de l’Académie européenne de dermatologie et de vénéréologie à Madrid et n’a pas encore été publiée.

CIM Internet